Accueil / 2018 / juillet

Archives du mois: juillet 2018

Une Haïti nouvelle, une jeunesse conséquente

À l’auditorium de l’Université Quisqueya s’est tenue les 28,29 Juillet la première édition du symposium sur le leadership et développement organisée par le groupe « Team-up Network et Traversal Learning et développement » dans le principal but de sensibiliser les jeunes haïtiens à prendre conscience de la situation du pays. « Jeunesse et pauvreté en Haiti:Une bombe à retardement.Les stratégies pour la désamorcer »c’est ...

Lire la suite...

« Je n’ai pas choisi d’écrire de la poésie, c’est plutôt elle qui m’a choisi » dixit Lovenick Pierre-Louis

Né le 31 décembre 1991 à Lachapelle, dans le département de l’Artibonite, Lovenick Pierre-Louis est poète et étudiant en relations internationales à l’ANDC (Académie Nationale Diplomatique et Consulaire). Il est l’ainé d’une famille de quatre (4) enfants dont il est l’unique garçon. Cependant, il a passé une grande partie de sa vie à l’Arcahaie dans un quartier appelé Carrefour-Poy. Pierre-Louis ...

Lire la suite...

Puisque les inégalités sociales sont réelles et cruelles… Radiographie d’un pays gravement malade

  Dans ce pays où les richesses sont si inégalement partagées, une bonne partie de la population vit sous le seuil de la pauvreté, soit 59% en 2012. (1) Un pays où la quasi totalité des richesses se retrouve entre les mains d’un petit cercle restreint, où l’éducation est reléguée au second plan, où les élites ont toutes failli à ...

Lire la suite...

Violence dans les pratiques pédagogiques : Humiliation scolaire et châtiment corporel à l’école haïtienne, mieux comprendre la question

Injures, rabaissement, coups de règle, fessées et autres violences font de l’école haïtienne un lieu fiévreux. Une crise très ancienne qui nous rappelle tous quelque-chose: “Aller à l’école est une misère continuelle pour les élèves en Haïti. » La violence (1) est omniprésente en Haïti, des sections communales  aux grandes villes : zombification et justice de morne, vols, viols, braquages, menaces, ...

Lire la suite...

À ma future fille

Ma très chère fille, À l’époque où ma mère m’avait mise au monde, la société haïtienne était ravagée par tous les maux imaginables et même inimaginables. Assumant bien son rôle de société patriarcale, dès l’enfance on mettait tout en place pour faire croire à la petite fille qu’elle est fragile et délicate. On lui mettait entre les mains une poupée ...

Lire la suite...

Vidéo virale : Un policier chilien, ex soldat de la MINUSTAH, s’exprime en créole en aide à une haïtienne, un appel à la revalorisation du créole haïtien?

La vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux au Chili. Alexander Ortega, un deuxième caporal qui a passé un an en Haïti en tant que soldat de la MINUSTAH et policier chilien s’exprime en créole pour proposer son aide à une haïtienne qui ne parle pas la langue chilienne (espagnol). L’homme a d’abord initié les échanges en questionnant la ...

Lire la suite...

Voir Labadee avec les yeux d’un voyageur haïtien…

Labadee Haiti

De Fort Lauderdale en Floride, je m’embarque le 8 juillet 2018 pour une croisière de sept jours sur le paquebot de la Royal Caribbean International : Allure of the Seas, en direction de trois iles dans l’est de la Caraïbes. Je mets à exécution un vieux rêve souvent caressé pour voir la dernière escale : Labadee en Haïti, comme le ...

Lire la suite...

Première vente signature de «Mémoires d’un trépassé»

Clauvell Junior Louis Jean signe «Mémoires d’un trépassé», ce samedi 21 juillet, au café des copains. C’est le premier titre que ce jeune écrivain offre au grand public. Après une assez grande tournée médiatique, une propagande hors pair sur les réseaux sociaux, l’œuf a enfin éclos. Dans ce bar situé à l’avenue Lamartinière, à Port-au-Prince, l’auteur signe aujourd’hui pour ses ...

Lire la suite...

Confort des parle-mentaires…

Lire la suite...

Un jour les «aigris» finiront par tout chambarder

Aujourd’hui, nous sommes face à nous-mêmes, face au miroir mais nous avons peur de nous regarder. Nous avons peur de toucher la plaie du doigt. Les émeutes des 6, 7 et 8 juillet sont le ras-le-bol d’une population fatiguée. Assoiffée d’une vie décente. Mais les incrédules refusent de le croire. Ils jugent, accusent et blâment. Même des soi-disant dirigeants n’arrivent ...

Lire la suite...