Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Culture / Littérature / « Bizarres, Bizarres » un joyau de la littérature haïtienne

« Bizarres, Bizarres » un joyau de la littérature haïtienne

Temps de lecture : 2 minutes

Quel que soit le silence que l’on peut faire autour, un bon livre finit toujours par frayer un chemin parmi les étoiles. Tel est le cas de « Bizarres, Bizarres », recueil de nouvelles du Docteur Clausel Midy paru en 2009.

Une doctrine a été formulée par la revue «La Trouée » en 1927 dirigée par Jacques Roumain et Richard Salnave : « La littérature n’est pas ce qu’on pense en Haïti. Elle n’est pas une occupation de pédants et de désœuvrés. Nous bannirons les uns et les autres. C’est le cri du peuple qui veut dire ce qui bout en lui. C’est l’expression des idées, de nos idées, à nous haïtiens. » Clausel Midy né à Port-au-Prince, spécialiste en ophtalmologie, à travers ce recueil captivant et local, sans doute s’en est fait l’adepte le plus zélé.

Dans un style simple et original, il nous présente des histoires diverses sur fond de légendes et de fictions, portant chacune un message de changement et d’engagement.

Loin d’être bizarres, comme le titre l’indique, les nouvelles, entre autres, « Et puis viennent les mouches », « Le diamant », « Confusion » entrainent le lecteur dans un monde fantasmagorique où il est mis en face de lui-même, de son destin et de ses actes.

Docteur Clausel Midy a le secret des phrases succulentes, suggestives, des images fortes peignant avec tact et imagination la réalité haïtienne :
« Ce qui signifie
qu’elle était une marassa manquée
et qu’elle avait mangé son pareil. »

Le rythme de ses nouvelles est à couper le souffle bien que le sens du détail trahit parfois la fulgurance du récit.

Dans « La vengeance de la forêt » il reprend cette croyance chère aux haïtiens, selon laquelle l’homme est intimement lié à l’arbre sous lequel son ombilic était enterré. Une façon originale de sensibiliser chacun sur les conséquences négatives de la coupe systématique des arbres.

Fidèle à l’écriture accessible, limpide, et fluide Docteur Clausel Midy comme Dany Laferrière, Gary Victor, le monstre haïtien de la nouvelle, ne terrifie pas ses lecteurs encore moins les catégoriser.
Avec « Bizarres, Bizarres » il s’inscrit ainsi dans la liste assez courte d’écrivains que l’on peut lire à tout âge sans avoir à se heurter à des vocables trop soutenus ou trop vulgaires.

Il n’écrit pas, il courtise son lecteur. Et c’est bien pourquoi on ne peut plus sortir de son livre des qu’on y est rentré.

Sans conteste, Clausel Midy est l’un des écrivains contemporains qui a le plus obéi à cette fameuse formule de Carl Brouard : « L’art au service du peuple » en dénonçant sur un ton enjoué et des traits familiers certaines dérives et certaines tares de la société sans omettre de prodiguer en retour des conseils prodigieux au lecteur qui ne fermera pas le recueil sans être interpellé.

Pour tout, il serait bizarre qu’un amant des belles lettres ne lise pas « Bizarres, Bizarres », ce joyau de la littérature contemporaine marchant à l’encontre même de son nom.

 

Like Balistrad on Facebook

À propos Elbeau Carlynx

Elbeau Carlynx est né en Haïti le 07 mars 1994. Il a fait des études en Histoire. Mention spéciale prix international chansons sans frontières en 2018. Prix international Centre-Troyes UNESCO en 2017. Prix international Léopold Sedar Senghor 2016. Mention spéciale prix International Poésie en liberté en 2015. Prix international poésie en liberté en 2012.
x

Check Also

Clausel Midy à son midi littéraire

En 1928, le Docteur Jean Price Mars publia « Ainsi parla l’oncle » dans une circonstance assez spéciale, ...