Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Coronavirus, virus beaucoup plus mystifié que mortel
Une passagère portant un masque en attendant le contrôle des passeports à l'aéroport international de Bole à Addis-Abeba, le 30 janvier 2020, à la suite de l'épidémie de coronavirus en Chine. Michael Tewelde / AFP / Getty Images

Coronavirus, virus beaucoup plus mystifié que mortel

Temps de lecture : 3 minutes

Le Coronavirus arrive. Il visitera sans doute Haïti. Ce pays aux habitants rêveurs, croyant être les seuls en prière. Décidément, rien n’est simple, comme s’il n’y avait pas de chrétiens dans les pays atteints. Tôt ou tard, la maladie frappera très fort. Par mesure de sécurité, Balistrad se propose de vous parler de quelques mythes sur la maladie.

La chloroquine ou le sauveur peu sûr

La chloroquine est un médicament anti-paludique (malaria) utilisé depuis plusieurs années et commercialisé sous le nom de Nivaquine, prescrit dans les zones infestées par le parasite du paludisme, transmis par un moustique appelé « anophèle ».

Cependant, l’heure est à la prudence. Le gouvernement français a publié sur Twitter afin d’avertir qu’à nos jours «aucune étude rigoureuse publiée dans une revue internationale à comité de lecture indépendant ne démontre l’efficacité de la chloroquine (Nivaquine) pour lutter contre l’infection au coronavirus chez l’être humain.» L’OMS aurait également rappelé qu’«aucun médicament spécifique n’est recommandé pour prévenir ou traité l’infection par le nouveau coronavirus.» Il ne s’agit pas d’un traitement fiable. Ce serait un essai clinique mené dans une dizaine d’hôpitaux en Chine pour mesurer «l’efficacité de la chloroquine sur le traitement de pneumonies associées au Covid-19» qui a donné des résultats encourageants avec des essais sur «plus de 100 patients».

Le Remdesivir

Par ailleurs, le Remdesivir, médicament antiviral développé pour le traitement de la maladie à virus Ebola et des infections à virus Marburg, serait aussi visé pour le traitement de pneumonies associées au Covid-19. On saura si le traitement est efficace le 27 avril prochain, date à laquelle seront connus les résultats des essais cliniques de Phase III menés en Chine avec le Remdesivir de l’américain Gilead.

Ces essais coordonnés par le China-Japan Friendship Hospital sont menés dans différents hôpitaux de la province de Hubei. Ils visent à inclure quelques 760 patients, des cas graves (pour l’essai démarré le 6 février) et des cas légers à modérés (essai démarré le 13 février). Deux tiers des patients recevront le médicament et les autres un placebo. Après traitement, ils seront suivis pendant 28 jours.

Lire aussi :  Haïti au mondial U17 : Mission accomplie

Les ragots sur le virus

Le rapport d’autopsie sur le premier malade mort des suites du coronavirus, en Chine a été publié par des experts chinois dans la revue Journal of Forensic Medicine. Ce dernier révèle que le Covid-19 cible principalement les poumons. Le premier patient était âgé de 85 ans et les poumons étaient la principale zone de dommages. La victime qui avait été hospitalisée à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, le 1er janvier dernier est décédée 28 jours plus tard.

Mais les ragots ne cessent d’augmenter sur les réseaux sociaux. Des profiteurs sèment des buzz, effrayant la population mondiale. Plus de 80 pays sont touchés par le virus, pour plus de 80 000 cas. Cependant, seulement 2% des patients atteints meurent de cette maladie, principalement des sujets avec une faible défense immunitaire.

Le Coronavirus et Haïti

Le virus sera bientôt là. Il y est peut-être déjà, dans les corps d’hommes et femmes à genoux, sceptiques, appelant les symptômes « une grippe de rien du tout « . En tout cas, les centres ne sont pas encore dévoilés, par mesure de sécurité. La Ministre de la Santé Publique possède un talent d’acteur impeccable. Dans le scénario mis en place par Jovenel Productions, en association avec Lapin Studios, les centres sont placés en face des vingt-cinq stades. En toute quiétude, rendez-vous dans ces lieux inconnus, assister au massacre du Coronavirus, sirotant de la Chloroquine, jusqu’au coup de sifflet final.

Yvan Jean Verlaine PIERRE

Like Balistrad on Facebook

À propos Yvan Jean Verlaine PIERRE

Yvan Jean Verlaine Pierre, 27 ans, médecin résident en Service Social. Amant de livres, d'aventures et de musique.
x

Check Also

Valentin, où es-tu?

Je suis là. J’ai toujours été là. Je suis un voyageur des siècles, un habitant ...