Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Diskòb, tout par et pour la musique

Diskòb, tout par et pour la musique

Temps de lecture : 3 minutes

L’équipe de « Diskòb », application mobile devant faire la promotion et assurer la vente de la musique haïtienne en ligne, a procédé, le mardi 30 juillet, au lancement de son application en streaming et son site web à Banj. L’objectif est clair. Il s’agit, selon les responsables, de mieux supporter les artistes haïtiens. Pour cette grande première, un beau public et une pléiade d’artistes invités ayant performé ont répondu à l’appel.

Aux environs de 6 heures, à Delmas 66, les gens se sont rués en vache, question d’aller assister au lancement de l’application « Diskòb ». Malgré la drache, des centaines de personnes ont répondu à l’appel. Une soirée réussie malgré le retard des organisateurs qui ont démarré le programme vers les 8 heures soit deux heures après. Parmi les artistes et groupes qui ont marqué la soirée, il faudra citer Vanessa Jeudi, Siromiel, Gardy Girault, Dj Kémissa sans oublier Dékatonik qui a interprété pas mal d’anciens succès . C’étaient les coups des deux heures du matin qui finiront par sonner enfin cette rencontre musicale .

Un cas imprévu

Le 31 juillet, des internautes et pas mal d’adhérents au projet «Diskòb» se sont plaints de l’indisponibilité de l’application sur Google play store. Ils ont reproché aux responsables de n’avoir pas tout fait pour que l’application soit disponible dans le délai prévu. Soit dit en passant qu’on pouvait seulement se préinscrire pour le téléchargement dès que disponible. Elle allait être enfin disponible le 1er août, soit deux jours après le lancement. Des internautes s’en sont réjoui et ont félicité les promoteurs. Diskòb a débuté avec une quantité restreinte d’artistes tout en espérant que d’autres rejoindront la plate-forme à l’avenir. Voulant faire les choses de façon formelle, Diskòb n’entend pas mettre la chanson des artistes en ligne sans leur accord. Ce qui serait, par ailleurs, une violation de la loi relative aux droits d’auteur et à la propriété intellectuelle.

Diskòb, plus qu’un site Web et une application streaming

Dans son éditorial publié sur son site web le 30 juillet dernier, Diskòb fait une radiographie de l’industrie musicale haïtienne. Elle regrette que la musique « ne soit toujours pas un métier en Haïti » . Ensuite, elle avoue qu’elle ne pourra pas capable de proposer des solutions à elle seule tout en précisant que «chacun de ses actes [Diskòb] reflétera sa volonté d’ajouter sa contribution.» À l’heure où certains artistes talentueux sont marginalisés alors que la facilité est primée, Diskòb, en plus d’être une application streaming et un site Web, se veut être un média proposant des réflexions sur la musique. «N’étant pas un centre de recherche, Diskòb ne sera pas rigide sur la dimension scientifique. Cependant ses travaux auront toujours un souci académique.» ont précisé les responsables de Diskòb dans cet éditorial dont la rédaction de Balistrad en a eu copie. D’un autre côté Diskòb promet du professionnalisme dans le traitement des textes tout en respectant les principes, l’éthique et la déontologie journalistiques. «Étant un média, ceux qui écrivent pour Diskòb sont des journalistes.» ont ils conclu.

 

D’où vient Diskòb ?

Le projet « DISKÒB » a remporté la 6e édition du concours Hackathon « marathon d’innovation dans les médias ». qui s’est déroulée du 29 septembre au 1er octobre 2018. «Diskòb est une application d’information et de formation de la musique haïtienne. Elle se consacre aux artistes et groupes de la musique haïtienne et permet d’acheter leurs produits.» avait déclaré Andy J. Antoine, du projet «Diskòb» lors de la cérémonie de remise de prix le 1er octobre 2018.

Hackaton, encore appelé médiathon, est un projet de l’organisation internationale de la francophonie (OIF) (Bureau régional de la Caraïbe et de l’Amérique latine), en partenariat avec Alpha Haïti, FOKAL et CONATEL. L’objectif de ce concours est de favoriser la création et le développement des produits et des services d’information innovants, en phase avec l’évolution des technologies (notamment mobiles) pour répondre aux besoins de la population.

Billy Doré et Joubert Joseph

Like Balistrad on Facebook

À propos Joubert Joseph

Joubert Joseph, né à Port-Margot le 29 avril 1997, passionné de poésie depuis son plus jeune âge, est poète et journaliste. Il a publié respectivement «15 poèmes pour un million d'étreintes» et «Léa ou La beauté en mille morceaux». Deux ouvrages qui ont été salués par la critique. Il a étudié le journalisme à l'Isnac et travaille actuellement comme reporter à Radio Kiskeya. Rédacteur à Balistrad, Joubert Joseph opte pour un «journalisme responsable.»
x

Check Also

Le dossier PetroCaribe au cœur de l’intervention de Kémi Séba à Café Philo

Les membres de l’association culturelle Café Philo ont donné carte blanche, ce mercredi 24 juillet, au ...