Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Estime de soi des artistes : Au-delà du « faire semblant »

Estime de soi des artistes : Au-delà du « faire semblant »

Temps de lecture : 6 minutes

Les apparences peuvent bien nous tromper sur la vraie vie des artistes. Il y a la vie de clown, parfaite toujours ensoleillée, d’une part et les problèmes de personnalité, d’estime et de bouleversements internes, personnels, d’autre part. Être artiste, ce n’est donc pas si simple que ça.

Les artistes (Chanteurs, danseurs, slameurs, etc.) ont très souvent l’air très sûrs d’eux, détendus sur scène, à l’aise et surtout, sont obligés de faire rêver leurs fans. Tout un travail de préparation, impliquant le staff artistique (pour les artistes professionnels), est effectué pour paraître parfait sur scène. Cependant, très souvent, la vie réelle, hors de la scène n’est pas toujours simple pour ces artistes, qui peuvent connaître des périodes difficiles dans leur carrière. Que ce soit par rapport aux pressions de la concurrence, des besoins d’estime, des besoins d’anonymat, poursuite judiciaire, etc. On suppose, dans ce travail, que l’estime des artistes est plus instable que chez les gens non populaires. Ce n’est qu’une hypothèse à analyser. Cette réflexion propose donc une exposition d’une littérature scientifique sur l’estime de soi et une petite fouille dans la vie personnelle de quelques artistes amateurs et professionnels, pour mieux explorer la question dans la vie artistique hors de la scène.

L’estime de soi chez les artistes

L’estime de soi représente la perception qu’on a de soi, la manière dont on se voit, tenant compte de ses forces et faiblesses. Cette perception peut être positive ou négative. C’est une autoévaluation de sa valeur dans son entourage (Deslauriers, 2013)(1). Dans ce sujet, on s’intéresse particulièrement à l’estime des artistes, plus instable on pense que chez les personnes non populaires. Cette hypothèse-là nous a poussé à réfléchir sur le cas des artistes précisément.

Soi réel et soi idéal chez les artistes

Les artistes ont tendance très souvent à fixer la barre bien haut. Ils veulent toujours plus : plus de fans, plus d’albums, plus d’argent et plus de succès. Du coup, l’artiste a souvent la tête ailleurs, dans les nuages, rien n’est jamais assez. L’estime de l’artiste est très souvent proche du soi idéal, la façon dont il aimerait être. S’accepter comme il est, perdre de la place n’est donc pas facile du tout à comprendre. On peut toujours entendre parler de l’acceptation de soi, de sa vie, ses erreurs en temps normal, mais dans la vie artistique, il faudra redéfinir ces mots. C’est une tendance narcissique qui s’installe presque naturellement : être numéro un, faire le buzz et rester dans l’opinion publique.

Très souvent, l’estime est loin du soi réel chez l’artiste, c’est à dire la façon dont il est réellement. Du coup,une mauvaise estime de soi s’installe, comme c’est défini dans le livre de Deslauriers. Allons voir un peu derrière la scène.

Derrière la scène

Slameur en herbe

Un jeune slameur du Nord, dont l’identité restera cachée pour ce texte, fait savoir qu’il est toujours sous pression dans les programmes impliquant d’autres slameurs.  »Je dois être plus populaire que les autres et le public doit m’acclamer haut et fort, sinon c’est la déception. » À chaque programme, un test, à chaque programme une définition de soi, du coup, à chaque programme une nouvelle considération de l’estime.  »C’est pas facile de vivre ça, mais c’est plus fort que nous, ces sentiments de puissance, de contrôle.  »

Etoile montante

Une jeune chanteuse avec qui nous avons causé a laissé comprendre que, très souvent, elle se voit comme déçue, par rapport à ses attentes. Par exemple, quand des gens essayent de la mettre au second plan.  » Ils essayent souvent de me rabaisser de diverses manières.  »

La vie personnelle de l’artiste est parfois troublée, ce qui la pousse à penser à abandonner plusieurs fois.  »Ma vie artistique dérange souvent ma vie personnelle, mais j’essaie de m’adapter au quotidien. » Que de grands rêves pour cette chanteuse qui rêve d’un niveau professionnel et de passer à l’étape internationale !

Stromae

Paul Van Haver est artiste belge, faisant du pop, electro house, évoluant en France. Il est considéré comme une icône de la musique française et mondiale, tenant compte des ses multiples records : des prix de NRJ Music Awards, MTV Europe Music Awards, Prix Rolf Marbot de la chanson de l’année, etc. Il est choisi dans cette section par rapport à quelques éléments précis :

Stromae partait à la conquête de l’Amérique, de l’industrie musicale américaine pour satisfaire son désir de grandeur, du coup son besoin d’estime. Ce qui est visible dans plusieurs documentaires, aussi repéré dans quelques journaux comme le Temps, le Parisien (2), etc. Il commençait à jouer dans un métro à New York, ce qui est un clair indice. Autre fait pouvant décrire cette quête difficile d’être numéro un est son burn-out après beaucoup de concerts vers 2017. Ce qui l’a du coup forcé à faire la pause. Une autre histoire racontée laisse comprendre que Stromae a été dérangé par une fan qui voulait se prendre en photo avec lui. L’artiste était en compagnie de quelques amis. D’où le besoin d’anonymat évoqué dès le début.  »J’ai le droit de dire non », aurait-il lancé après pour justifier les faits. Plusieurs journaux ont exposé cette même histoire, comme Pure People par exemple (3).

MHD

Surnommé Le Prince de l’Afrotrap, Mohamed Sylla, jeune rappeur français à succès rapide, qui est choisi lui aussi dans ce travail, pour des raisons précises. D’abord, il a annoncé la fin de sa carrière après un grand besoin d’anonymat en 2018 (4). On peut imaginer l’ensemble des tensions intérieures qu’il pourrait ressentir. Ensuite sa mise en détention par la justice française pour accusation de meurtre. Le moral d’un artiste, à ces moments-là, peut tomber très bas avec cet évènement hors scène toujours non compris.

Suite à des entretiens avec ces artistes, surtout chanteurs et slameurs, et des recherches documentaires, on a déduit que l’estime chez ces gens-là est difficile à rester stable. Donc rester vivant dans le secteur, être numéro un, gérer la scène ; c’est tout le souci qui dérange quotidiennement. En déduction, le métier d’artiste n’est pas simple comme on peut l’imaginer. Des tensions diverses, personnelles, hors scène peuvent donner à l’artiste une vie d’enfer. Qui se rappelle de l’histoire de Michael Jackson ? Le désir de garder la forme, de rester au top, qui tourne au cauchemar. La question de l’estime est capitale dans tout le monde artistique. De ce fait, l’entourage de l’artiste, par exemple son staff artistique, sa famille, ses amis, auraient un rôle déterminant à jouer dans sa carrière. L’estime de soi de l’artiste est un thème un peu négligé dans les débats autour des artistes. En parler pourrait aider les jeunes artistes à ne pas abandonner au premier échec, du coup, à avoir une grande estime en carrière artistique, à cultiver endurance et persévérance dans leur quête de célébrité.

Apollon Pascal

___________

Références
(1)DESLAURIERS.S(2013).Attention, estime de soi en construction. Midi trente éditions: Québec
(2)https://www.letemps.ch/opinions/une-video-geniale-stromae-part-conquete-lamerique
http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/culture/videos-stromae-a-la-conquete-de-l-amerique-16-06-2014-3927723.php
(3)http://www.purepeople.com/article/stromae-et-la-photo-refusee-a-une-jeune-fan-j-ai-le-droit-de-dire-non_a146104/1
(4)https://www.google.com/amp/s/www.cnews.fr/divertissement/2018-09-17/le-rappeur-mhd-annonce-la-fin-de-sa-carriere-794480%3famp
Like Balistrad on Facebook

À propos Pascal Apollon

Je suis Pascal Apollon, écrivain, poète, slameur, critique littéraire ,responsable de la communication et des relations publiques à la société du samedi soir, présentateur d’émission et psychoéducateur stagiaire à Foyer Lakay (Faculté de psychoéducation du Campus Henry Christophe de l'Université d’État d’Haïti à Limonade). J'ai trois livres publiés en Haïti et en France, entre 2016 et 2018: J’aurai peut-être dix-huit ans ; Tche wòb Valantin et Grog, ''l'isolement'' . Je vis dans le Nord, plus précisément entre le Cap-haïtien et Limonade.
x

Check Also

Deux ans déjà pour Étoile Agence littéraire (EAL)

EAL, institution haïtienne fondée le 29 janvier 2017 continue bravement sa marche littéraire après deux ans ...