Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / ET SI LE RÊVE ÉTAIT QUE PORT-DE-PAIX DISPOSE D’UNE BIBLIOTHEQUE PUBLIQUE…
bibliothèque
geralt via Pixabay

ET SI LE RÊVE ÉTAIT QUE PORT-DE-PAIX DISPOSE D’UNE BIBLIOTHEQUE PUBLIQUE…

Temps de lecture : 4 minutes

Port-de-Paix est une commune située dans le département du Nord-Ouest d’Haïti occupant 351,75 km2 avec une population d’à peu près 462,000 habitants. Elle est par ailleurs le chef-lieu dudit département, et commune de l’arrondissement de Port-de-Paix. Elle est réputée pour avoir été une ville exportatrice de bananes et de café, et aussi pour ses belles plages. Cependant, malgré tout ce potentiel, il semble qu’elle soit la seule et unique ville du pays où la culture du livre est totalement absente.

Comment est-ce possible qu’une ville qui a produit le journaliste, éditeur et écrivain Dieudonné Fardin, ne possède même pas une bibliothèque publique ?

Dans beaucoup de pays du monde, une bibliothèque est non seulement un endroit où l’on stocke des livres, mais aussi un lieu de rencontres, d’accès à la technologie et au savoir. Cela contribue, entre autres, à tisser le lien social entre les citoyens. Mais, en Haïti, spécialement à Port-de-Paix, c’est tout le contraire.

Depuis plusieurs semaines, la BIBLIOTHECOM, compagnie haïtienne de services aux bibliothèques dont Jimmy Borgella est l’un des initiateurs, lance une vaste campagne de sensibilisation auprès des autorités de la plus haute instance de l’État, du secteur privé des affaires et de la diaspora, sur la nécessité d’avoir une bibliothèque publique dans chaque commune du pays d’ici 2030.

Laquelle initiative a été accueillie par des milliers de personnes dont des célébrités comme BIC Tizon Dife, J. Perry, Princess Eud, Renette Désir, pour ne citer que celles-là. Et si l’on se sert de cette campagne pour enfin doter la commune de Port-de-Paix de sa toute première bibliothèque municipale. Car, une ville où la culture du livre est absente est une ville en voie de disparition.

« Depuis mon arrivée à la cité Capois-la-mort en août 2016, elle ne cesse de me surprendre, tant par ses paysages verdoyants que par l’hospitalité des ses habitants», avoue un jeune étudiant en Théologie  à « Sonlight Bible College », une faculté de théologie biblique qui accueille chaque année  des étudiants en provenance de plusieurs autres villes du pays.
« Mais je suis d’autant plus surpris de réaliser qu’il n’existe même pas une  bibliothèque publique dans la ville »,

lamente le natif de l’Arcahaie.

Pour certains, l’absence de bibliothèque dans la municipalité ne date pas d’hier et accusent les hommes politiques de la région de n’avoir rien fait pour résoudre ce problème. Mais pour d’autres, le problème est plutôt du côté de la population qui, dans sa passivité, attend que les autorités fassent quelque chose pendant qu’ils pouvaient eux-mêmes doter la ville d’une bibliothèque.

«C’est humiliant de vivre dans une ville où les jeunes n’ont pas accès à des livres »,

s’indigne Shervens Joseph, un jeune étudiant en Droit à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques de la cité.

« Il paraît, ajoute l’ancien du lycée Tertullien Guilbaud, que Port-de-Paix est l’unique ville où les autorités n’arrivent pas à satisfaire le désir de lire des jeunes. Car tout près de nous, à Saint-Louis du Nord, il y a une bibliothèque ouverte aux jeunes de la commune. Pour un chef-lieu, c’est une honte. »

Pour le professeur d’université, Roger Noël :

« on ne peut pas parler d’éducation de bonne qualité quand il n’y a pas un espace de lecture et de recherches alloués  aux enfants et aux jeunes ».

En tant que citoyen engagé, il se dit prêt à contribuer, de concert avec d’autres professeurs et des notables de la ville, à la réalisation de ce grand rêve, parce que cela a toujours été l’une de ses ambitions depuis son jeune âge.

Selon Adieunou Fleurinord, professeur de Théologie à « Sonlight Bible College », l’absence de bibliothèque publique dans la ville a des impacts négatifs sur la performance des étudiants.

« Certains étudiants, pour rédiger leurs devoirs, se rendent sur Internet. Le mal dans tout cela c’est qu’ils se sont résolus à copier-coller toutes les informations qu’ils y trouvent pourvu qu’ils n’aient pas un endroit où puiser», déclare-t-il.

Malgré la dilapidation de plusieurs millions de dollars des fonds « Petrocaribe », un programme de prêts lié aux achats d’hydrocarbures lancé par le président vénézuélien Hugo Chavez au profit d’un nombre de pays des Amériques et la Caraïbe, les élus de Port-de-Paix semblent ne pas en profiter pour construire, ne serait-ce qu’une bibliothèque publique dans cette municipalité. L’histoire se souviendrait au moins de ce geste ô combien significatif et pardonnerait à ceux qui auraient eu la clairvoyance de poser pareil acte, d’autant que personne n’ont su utiliser ces fonds à de telles fins.

Fertil Marckenson, ancien étudiant à l’École Normale Isaac Newton (ESIN), « appelle les autorités au niveau de l’État de concert à  la Direction Nationale du Livre (DNL) à prendre toutes les dispositions  nécessaires afin de doter la cité Capois-la-Mort d’une bibliothèque pouvant aider les étudiants à mieux se documenter ».

Si une bibliothèque est une puissance formidable, comme le dit Lin Yutang, pourquoi ne pas l’utiliser pour transformer la jeunesse port-de-paisienne qui se lance dans une course effrénée vers la bêtise ?

Dierf DUMÈNE

Donner un like à notre page facebook

À propos Dierf Dumene

DIERF DUMÈNE est né à l'Arcahaie le 2 décembre 1995, ville ayant une grande portée historique pour avoir organisé le congrès de 1803 qui allait donner naissance à la création du bicolore haïtien. Poète, écrivain, nouvelliste, il est aussi secrétaire général d'une association ayant pour but d'accompagner les enfants démunis d'Haïti. Auteur de plusieurs recueils de nouvelles inédits et d'un recueil de poésie, en voie de publication. Il a créé depuis quelques mois un blog-revue, Magie Poétique, qui accueille des poèmes, souvent inédits, de nombreux poètes francophones disparus ou bien vivants.
x

Check Also

Retrouvons notre humanité

Vous avez sans doute vu cette vidéo devenue virale sur les réseaux ...

Pays lock, un nouveau mot dans le lexique haïtien

Pays lock, l’expression existe à peine dans le lexique socio politique et militantiste ...