Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Haïti au mondial U17 : La marche était trop haute

Haïti au mondial U17 : La marche était trop haute

Temps de lecture : 4 minutes

On a fait du chemin depuis Munich 1974 et Japon 2007. Malgré tout, il demeure des lacunes flagrantes dans nos sélections. On signe des pétitions contre des arbitres, on compose des musiques pour supporter nos différentes équipes uniquement quand elles gagnent. Des dizaines d’années ne seront pas de trop pour effacer nos lacunes et les reproches. En même temps, on n’a pas fait tant de chemin que ça surtout quand on voit le nombre de stades dont on dispose et la qualité de nos préparations.

Les grenadiers de la U17 se sont fait sortir dès le premier tour de la Coupe du Monde 2019 au Brésil, à la suite de trois défaites. D’abord contre la Corée du Sud (2-1), ensuite contre le Chili (4-2) et finalement contre la France après avoir tenu bon pendant plus d’une heure de jeu (2-0). Nous n’avons enregistré aucun point alors que la communauté haïtienne – qui n’est pas la plus lotie du Brésil – avait fait le déplacement pour supporter nos jeunes compatriotes à Goiânia. Le public haïtien a été présent à chaque fois à l’Estadio de Serrinha même pour le 3e match qui ne comptait que pour du beurre.

Face à des adversaires traditionnellement présents dans cette catégorie, nous n’avons fait le poids que par intermittence. Nos dominations n’ont été que par séquences et comme toujours nous avons manqué – certainement pas de la chance car elle n’existe pas dans le haut niveau – mais plutôt de réalisme. Les stats contre le Chili nous le prouvent, nous avions eu un xG (tendance à scorer sur chaque possession) de 2,02 contre 1,07 pour les Chiliens. Les deux séléctions ont chacun tenté 13 tirs. La règle veut que si on n’arrive pas à marquer des buts, il ne faut surtout pas en encaisser. Pour cela, il est indispensable d’avoir une défense solide ou encore un bon gardien comme celui du Costa-Rica en 2014. Les Ticos n’étaient pas brillants mais Keylor Navas était impérial.

Le poste de gardien est essentiel dans l’état d’esprit d’une équipe, du fait qu’un seul joueur peut l’occuper. L’entraîneur a le devoir de titulariser, non pas le plus quoté, mais le meilleur à ce poste. Il faut sortir dans les rues pour voir les mordus du foot et habitués du vétuste Sylvio Cator se demander pourquoi le portier du Violette AC, Judler Delva (17ans) s’est retrouvé cantonné au rôle de #2… Les optimistes diront que si Liverpool FC avait un portier d’un autre calibre que Lorius Karius en 2018, il serait champion d’Europe; depuis deux saisons, le cas Thibaut Courtois au Real Madrid fait jaser au vu de ses prestations. Il suffit d’une bourde pour plomber l’envie des dix autres joueurs de champ dans leur quête de victoire. Ce n’est certainement pas la sélection nationale U17 qui échappera à cette règle. Le sélectionneur Miguel Perdomo a préféré titulariser Stephner Kerweens Paul (15ans) qui a de grandes lacunes de positionnement.

Trois de six buts qu’il a encaissés relèvent d’un mauvais positionnement. Cependant ne l’enterrons pas d’aussitôt, une bourde de Johnny Placide à Antigua (0-1) nous a éliminés dès le 1er tour des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014. Néanmoins, il a su se racheter des années après en sauvant nos fesses à maintes reprises.
Contre la France, nous avons joué avec le frein à main afin de sauver les meubles, contrairement aux premiers affrontements. L’attitude de notre onze national fut plus prudente (seulement 5 tirs tentés contre 13 pour les Français). Miguel Barrios Perdomo abandonna sa défense haute pour une plus basse. Ce match a vu une équipe des U17 obtenir que 0,37 comme xG alors que la France a eu 2,91. Ce qu’ils ont concrétisé par une victoire 2-0. Au final nous avons fait pire qu’en 2007 dans la même catégorie. Les devanciers de Fredler Christophe ont obtenu quand même un point, malgré le même bilan en matière de différence de buts (3 buts pour, 8 encaissés).

Comme précité, nous n’avons pas fait tant de chemin qu’on ose le croire. Après treize matchs en coupe du monde (toutes catégories confondues) aucune sélection haïtienne n’a jusque-là franchi le deuxième tour de cette compétition, voire gagné un match. Ces jeunes pourraient constituer un bel effectif pour les prochaines éliminatoires U20 et pourquoi pas se qualifier pour le prochain mondial de ladite catégorie. Pour cela, il faudra une meilleure préparation que celle de cette année et de la maturité tactique pour au moins gagner un match. Le talent est bien là, il faut le polir afin de monter cette marche qui est jusqu’à présent trop haute…

Rodney ZULMÉ

Like Balistrad on Facebook

À propos Rodney Zulmé

x

Check Also

Haïti au mondial U17, Objectif : Faire mieux qu’en 2007

Le 14 mai dernier, dans un article sur la participation d’Haïti au mondial U17, on avait reconnu ...