Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Kemissa Trecile, l’engagement de sortir des sentiers battus

Kemissa Trecile, l’engagement de sortir des sentiers battus

Temps de lecture : 3 minutes

Oser défier les stérétotypes! C’est ce que Kémissa Trécile a choisi de faire en devenant DJ. Celle qui manie bien les platines est aussi défenseur de la veuve et de l’orphelin.

Balistrad vous invite donc à découvrir cette femme qui jongle bien entre ses doigts et ses droits.

Le droit au bout des doigts

Kemissa Trécile est avant tout juriste. Elle a fait des études de droit à l’Université de Versailles, en France où elle est sortie spécialiste en droit commercial et communautaire. Fort de ses connaissances, elle a créé en 2019, la plate-forme « Attention je connais mes droits », qui a pour objectif de lutter contre les abus et les violences faites aux femmes. Avec ce projet, la jeune femme a visité de nombreuses écoles et universités pour animer des conférences sur tout le territoire national en vue de sensibiliser les jeunes écoliers et universitaires sur les droits de la femme et l’égalité des genres.

Une passion devenue profession

Dès son jeune âge, Kemissa Trécile nourrissait une passion pour les platines.
Jusqu’en 2015, elle faisait montre de ses talents dans le domaine juste pour le « fun » comme elle le dit. A partir de 2015, pourtant, elle a décidé de se révéler au grand public. « Ce fut une expérience d’adrénaline inexplicable sur scène », raconte la jeune DJ « C’était le jour où j’ai décidé que j’allais continuer le djing de façon professionnelle et non seulement pour le “fun”, a t-elle poursuivi. Et depuis quatre ans, c’est ce qu’elle continue de faire dans ce monde où évolue généralement des hommes. Kémissa a pu s’imposer et se faire un nom depuis ses quatre ans. Aujourd’hui, elle a le support de toute sa famille même si celle-ci était réticente au début. « Mes parents sont souvent à mes soirées », dit-elle avec humour. Et ses frères aussi contribuent à son évolution. Un support familial qui fait du bien à la jeune femme.

Lire aussi :  Garihanna Jean-Louis ou la passion de faire rire

Allier deux carrières

Ce n’est pas facile d’allier deux professions surtout lorsqu’elles sont diamétralement opposées. Même si le pari est risqué, DJ Kémissa affirme que dans son cas, l’un arrive à nourrir l’autre.

« Mes deux chapeaux s’influencent l’un l’autre. Le côté juriste apporte la discipline et la méthode pour la gestion de ma carrière DJ. Et la vie artistique permet de sortir de la routine d’une carrière traditionnelle. Le but c’est de trouver l’équilibre »

Une citoyenne engagée

Au-delà de sa vie professionnelle assez remplie, Kémissa Trécile est aussi une femme et une citoyenne engagée. Sa plateforme « Attention, je connais mes droits » est pour elle, un moyen de promouvoir les droits de la femme. Pour la jeune avocate, il faut plus de modèles de femmes dans lesquels les jeunes doivent se retrouver.

Kémissa Trécile est aussi une citoyenne qui prend à cœur la préservation de l’environnement. Elle collabore avec « Jeunesse Haïtienne Verte », une plateforme qui sensibilise la population à la protection de l’environnement notamment par le recyclage.

De temps en temps, Me Trécile reçoit des invitations pour partager ses expériences en tant que femme évoluant dans un milieu généralement réservé aux hommes. A l’occasion de la journée du 8 mars, d’ailleurs, la juriste-DJ sera à l’affiche. Elle sera à Fubar où aura l’occasion de partager ses expériences personnelles dans un colloque organisé par DANSOLA sous le thème de : «le monde de nos Femmes». Kémissa Trécile sera aux côtés d’autres de ses congénères qui rappeleront, s’il le fallait, que lorsqu’une femme s’en donne la peine, elle peut aller au bout de ses passions.

Like Balistrad on Facebook

À propos La rédaction

Balistrad se veut une nouvelle proposition, une main en plus dans ce grand atelier qu’est le redressement d’une société courbée et épuisée.
x

Check Also

« Noël 2019 », un Noël différent pour le secteur du divertissement

Pour beaucoup de gens, Noël constitue un moment de réjouissances. Pour cause, tous les prétextes ...