Accueil / Article / À la une dans Balistrad / L’Afrique, de la grandeur à l’esclavage : mes ancêtres n’étaient pas esclaves

L’Afrique, de la grandeur à l’esclavage : mes ancêtres n’étaient pas esclaves

Temps de lecture : 7 minutes

L’Afrique est souvent considérée comme la mère de toutes les diversités et le terrain des changements climatiques. Le Sahara, le fleuve Kongo, la forêt équatoriale de Guinée, les Pyramides, la terre des lions, l’ivoire des cornes de l’éléphant et de rhinocéros, le coltan pour les smartphones marquent le monde à divers niveaux. Elle est aussi le coin des maux : les guerres ethniques tribales, le génocide de Rwanda, l’Ébola, l’esclavage. L’observateur non avisé croira que ce sont là les champs lexicaux de l’Afrique, un continent, si exploitée, si mal connue . Il est temps de se poser des question sur ce qui s’est passé en Afrique lors des croisades, les guerres de religion occidentales, la civilisation grecque et romaine. Ce n’est qu’ainsi qu’on saura si ce n’était qu’un continent vide d’histoire ou bouillant d’activités propres à sa réalité .

Celui qui connait l’Afrique à travers les yeux de l’Occident se trompe lourdement . Pour preuve, Sarkozy lui-même a affirmé lors d’un discours à Dakar que l’homme noir n’est pas encore rentre dans l’Histoire. L’histoire avec un grand H qui symbolise celle écrite par les Occidentaux .Alors ces derniers sombraient dans des guerres médiévales, l’Afrique fleurissait par des nombreuses Civilisations. La civilisation européenne était continentale, mais l’africaine dans son ensemble était régionale .Avec plus de 30 415 873 km2, on peut comprendre que ce continent contenait une multitude de populations avec des réalités culturelles et géographiques propres .Il serait donc de bon ton de s’arrêter sur quelques unes.

Tout d’abord il y a la civilisation Egyptienne. Plus de XXIX dynasties ont façonné l’Egypte à travers leur gouvernance et leur génie bâtisseur .Les plus fameux sont, Ramsès II, Toutankhamon, Taharqa, Chephren. Ils ont construit les pyramides d’Egypte, les temples de Memphis, Thèbes et la Vallée des Rois. La civilisation égyptienne est source de conflit entre les scientifiques noirs et blancs qui se disputent autour de l’origine nègre de la gloire de l’Egypte ancienne . D’un côté on retrouvera Bernard Lugan qui soutiendra trois raisons prouvant que l’Egypte n’a pas d’origine nègre contrairement à Cheikh Anta Diop .D’abord, l’Egypte n’a pas de parenté linguistique avec la Nubie. Pour la Nubie, c’est le Nilo Saharien tandis que l’Egypte est le groupe Afrasien (Afro Asiatique). Ensuite, la population de l’Egypte n’était pas homogène d’un point de vue racial .Du Nord au Sud de la vallée du Nil, les égyptiens avaient la peau de plus en plus cuivrée . Ce ne sera lorsque l’Empire s’élargira vers le Napata qu’ils entreraient en contact avec les nègres .Enfin la Civilisation Egyptienne ne s’est pas étendue sur le reste du continent , ce que leur peinture justifiera. Cheikh ,lui contredira l’idée que l’Egypte , voisin de la Nubie (Une partie du Soudan actuel) , l’aurait colonisée .Hérodote lui, dans ses écrits, parlait de la couleur brun rougeâtre des égyptiens et la proximité entre les deux nations. D’après lui, il n’y a pas de couleur brun rougeâtre puisque, le monde connait trois grandes couleurs ; Le noir, le blanc et le jaune. Les autres couleurs proviennent de leur mélange. Ainsi, les stèles et les statues de l’époque caractérisaient l’origine nègre de l’Egypte (Cheik Anta Diop). Avec le temps et la migration venant de l’Afrique du Nord et de l’Asie achevait le métissage de l’Egypte que nous connaissons actuellement.

La partie sub saharienne de l’empire de Songhaï dont les ruines de Tombouctou témoignent encore la grandeur de l’empire à l’époque . Il était très connu pour son art. Situé au carrefour de caravanes ou s’échangeaient l’or l’ivoire, le verroterie ,les soieries et les cotonnades, Askia le Grand , empereur du Shongai, a fait preuve d’un grand administrateur en maitrisant d’abord les tribus pillards avec sa grande armée en encourageant ensuite, l’agriculture ,le système de canaux du fleuve Niger alimentant son empire en eaux . Son gouvernorat dura 36 ans selon Jean Price Mars. Tout cela aux environs de 1497, à une époque où l’européen colonisateur mettait à genoux une autre civilisation, les amérindiens. Il ne faudra pas oublier l’empire du Mali, du Royaume du Kongo ,du Zimbabwe, et du Dahomey qui nous a légué le culte de l’Esprit ,le Vodou . Ces fabuleuse organisations ont eu une stabilité que leur a offert l’environnement de l’époque qui était humide avec une pluviométrie considérable . Le Sahara était vert mais le changement climatique modifia considérablement son habitat et sa richesse. Il faudra aussi compter sur les luttes internes et le système économique de l’exploitation de l’homme par l’homme jusqu’à aboutir à l’esclavage.

L’esclavage était l’outil avec lequel les occidentaux assoiffés d’or et de profit ont colonisé l’Afrique avec des armes supérieures aux lances, aux piques et les flèches et les boucliers en bois à un moment où la nature offrait le peu à vivre humblement aux africains. Si certains parlent de la collaboration de bon nombre d’africains, il faudra remarquer qu’il s’agira que demie vérités. Il a souvent été question de contrainte. L’Europe a non seulement pillé la richesse humaine de l’Afrique mais a aussi mis en œuvre une colonisation mentale pendant plus de 500 ans. Elle mettait l’homme noir dans un état de léthargie alimenté par l’Eglise Catholique. Avec la seconde colonisation après le partage de l’Afrique en Février 1885, des textes de justifications de l’infériorité de l’homme noir et le besoin d’évangélisation apparurent .Premièrement l’humanité fut divisée en races, ensuite la race aryenne(Blanche) devint supérieure .De l’inégalité des races humaines en fut un exemple majeur. Heureusement il y avait Haïti, Dessalines, Toussaint, Thomas Sankara, Patrice Lumumba, Steeve Biko, Marcus Garvey, Aime Césaire, Jean Price Mars, Cheik Anta Diop, Tupac, Lilian Thuram, Kemi Seba, etc…qui sont des marrons de la liberté. Des marrons parce qu’il ont dû fuir l’enfer de la colonisation mentale pour aller se recueillir auprès de leurs ancêtres et rapporter la torche allumée de la liberté . Ils ont ainsi brûlé la pauvreté de l’esprit des hommes noirs assujettis dans une mondialisation tuant leur identité culturelle.

Mes ancêtres n’étaient pas esclaves . Mes ancêtres ont été esclavagisés. Mes ancêtres ont travaillé à transformer l’or, l’argent, l’ivoire en objets de grandes valeurs. Ces objets suscitent encore l’admiration des visiteurs étrangers dans les musées françaises et belges. Des objets que ces derniers refusent de rendre. Ils ont peur dit-on des mauvais traitements qu’ils pourront subir . Il suffit en ce sens d’imaginer, l’espace d’un instant , conflit que l’enlèvement de la Joconde par le Kongo, le Sénégal, ou Haïti aurait provoqué. Certains disent que c’est la Déclaration Universelle des droits de l’homme qui a sacralisé la liberté, la vie, mais mes Ancêtres Mandingues du Manden de l’empire du Mali avec leur charte en 1222 avaient dépassé cet idéal. La vie, le respect des ancêtres pour la nature et ses éléments, la place de la femme dans les sociétés africaines, l’oralité, sont des valeurs propres à notre culture .

Ainsi, un lecteur avisé ne doit pas connaitre L’Afrique après la première colonisation et l’esclavage mais bien avant. Il la trouvera encore enroulée dans un sarcophage de fierté très bien conservée.

Like Balistrad on Facebook

À propos Richecarde Celestin

Je suis Celestin Richecarde, né à Port-au-Prince. Je suis juriste, étudiant en histoire et en journalisme à Maurice Communication.
x

Check Also

Haïti : La conjoncture pose problème à la rentrée scolaire 2019-2020

Plus d’un mois de peyi lock a retardé la réouverture des classes. Cependant, avant l’inflation, la ...