Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Le célibat d’une femme, volonté d’être indépendante ou une peur de l’échec?

Le célibat d’une femme, volonté d’être indépendante ou une peur de l’échec?

Temps de lecture : 4 minutes

À l’heure actuelle, le statut de femme célibataire connaît une véritable ascension au sein de notre société, les raisons étant multiples, entre autres, les risques et les priorités diverses. Si dans le vieux jadis les femmes n’avaient pas le droit de choisir qui aimer ou quand aimer, de nos jours, elles ne se conforment plus à ces vieilles règles qu’elles qualifient de dépassées. Dorénavant, elles ont plus de droits et donc plus de pouvoir sur leurs modes de vie.

Combien de femmes dans le cours de leur vie n’ont pas pu résister aux traditionnelles exigences et à la pression de la société? Pour dire qu’il était temps peut-être, selon certaines, de s’imposer à elles-mêmes le droit légitime de décider par elles-mêmes, le droit de résister à l’opinion traditionnelle, qui d’ailleurs, n’enlèveraient rien à leurs valeurs en tant que femmes, ni à leur féminité?

Il est de ces femmes qui traitent les hommes comme des objets de plaisirs, mais on ne parlera pas de ce sujet encore tabou. La gente masculine pense que c’est honteux pour une femme de sortir avec plusieurs hommes à la fois, elle s’oppose à cette philosophie selon laquelle l’engagement n’est pas prioritaire ; un mode de vie qui, contrairement au cas des hommes, semble malsain dans la plupart des couches sociales. Aussi mal vu que ça puisse être, les femmes ont dû se passer de ces préceptes.

Une femme dans le célibat à 27ans et qui ne veut pas qu’on révèle son identité nous raconte sa vie de célibataire.

<<Cela fait 10 mois que je suis célibataire. Je ne veux pas être avec un homme uniquement pour ne plus me sentir seule, pour pallier une solitude misogyne. La vie de couple n’est pas une fin en soi.
Je ne sais pas si j’aurai un point de vue différent sur ce sujet à l’avenir mais je n’aspire pas à la vie de couple pour le moment. Mon objectif présent et immédiat est ma carrière professionnelle. Il est vrai que, pour le moment, je sors avec plusieurs hommes, mais c’est temporaire. La plupart du temps, le besoin naturel d’être accompagnée se fait souvent ressentir et c’est difficile de résister à certaines pulsions primitives. Cependant, je ne veux pas m’engager maintenant, je veux vivre une vie différente de celle que la société m’impose. D’autant plus qu’il faut d’abord être bien avec soi pour supporter la compagnie d’une autre personne. J’assume mes choix et je m’apprête à faire face aux intolérances de la société.>> confie-t-elle.

Bien que certaines femmes vivent parfaitement leur vie au célibat, d’autres en souffrent pleinement. Victimes et témoins d’abandon, de déceptions, de violences, elles deviennent réticentes à s’engager dans une relation de couple. Tout compte fait, elles restent confiantes et cherchent quand même à retrouver l’amour par tous les moyens, que ce soit par le biais d’internet, par la prière ou autres; elles continuent de prendre le risque d’être déçues, car souvent pour certains si le célibat persiste entre 25 et 37 ans, la femme devient une anomalie, une entorse à la vie communautaire. De ce fait, elles sont prêtes à tout pour chercher ce qu’elles qualifient de parfait amour! Encore d’autres y croient sincèrement, à la quête de cette vie de couple, c’est tout à leur honneur.

Malgré cette vie d’amertume dont témoignent les femmes du célibat, d’autres ne craignent pas de vivre seules. Blâmées par des proches qui demandent souvent: « Comment se fait-il que de belles femmes comme elles soient célibataires ? » Elles restent intactes, égales à elles mêmes, elles ne laissent aucune ombre leur dire ce qu’elles sont et ce qu’elles devraient être. Elles veulent être libres de leurs choix, de leurs décisions. Elles ne s’inquiètent pas du calendrier préfixé par la masse et les normes dites anormales.

Le regard de Micaëlle Charles sur le célibat.

<<Le célibat pour moi ne se limite pas à une question de peur ou de liberté. C’est plutôt un choix . L’amour n’est qu’un partage. On n’a pas à imposer à l’autre ce qu’il doit faire ou non, et ceci vice-versa. On est des êtres à part entière qui choisissent de se mettre ensemble pour réaliser certaines choses en commun. Donc, rester célibataire demeure pour moi un choix.>>

Du reste, ce choix est encore suspect et continue de faire débat. Certains  disent que ce sont les causes d’agressions et de violences envers les femmes. Une nouvelle perception des choses qui est en train de naître, ils vont jusqu’à dire que c’est la persistance de recherche d’égalité qui est à la base de ce désintéressement à la vie de couple.

On peut aussi reconnaître que ce choix est un moyen pour elles de traverser les limites essentialistes pour se conformer aux modèles de femmes d’influence. Cependant, il reste clair que le choix de rester célibataire n’est pas typiquement féminin. De là, ne serait-ce pas imprudent de recourir à une telle réflexion? Et si, loin d’être un masque, le célibat d’une femme était une priorité?

©Jessica Nazaire

nazaire.jessica@yahoo.

Like Balistrad on Facebook

À propos Jessica Nazaire

Écrivain, poète. Jessica Lee Nazaire est née à Port-au-Prince (Haiti). Elle est journaliste et étudiante en sciences Juridiques à L'UEH.
x

Check Also

Marie Francia Sterlin, jeune chanteuse et compositrice à l’avenir prometteur

La sphère musicale en Haïti affiche de plus en plus de nouvelles têtes. Des artistes qui ...