Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Les ramifications historiques du système

Les ramifications historiques du système

Temps de lecture : 10 minutes

Depuis les évènements du 6-7 juillet 2018, le peuple haïtien sort en masse dans les rues. Un mouvement de mobilisation a pris naissance .Cette mobilisation sort de l’ordinaire puisqu’elle ne constituait plus le support ou le renoncement à un chef d’Etat mais charrie avec elle un autre type de revendication : Celle de changer le système. Bien que la population haïtienne revendicatrice ait pris son destin en main, il faut toutefois un apport théorique considérable afin de diriger le mouvement à bon port. C’est la responsabilité d’une élite conséquente. Le peuple est en train d’identifier ses ennemis. Pour cela, il faut que la lumière soit faite sur le système et ses caractéristiques.

Toute civilisation dominante apporte dans son sillage un projet de société propre à ses intérêts. La civilisation grecque nous a donné la Démocratie, la Rome nous a légué son système juridique, les Civilisations Mayas Aztèques et Incas nous ont permis de bien comprendre le soleil et le cosmos, sans oublier l’apport des Sumériens, des Egyptiens et les Arabes. Ces modes de vies étaient régionaux. C’est ce qui les différencie de l’actuelle Civilisation dominante qui est l’Occident. Celle-ci est mondiale depuis 1492. Le système capitaliste mondiale qui a des tentacules dans presque tous les pays du monde se repose sur trois piliers : L’Economie, La Politique, Le Culturel. C’est en évoluant dans ces trois domaines qu’elle a pu dominer le monde pendant plus de 500 ans.

L’Economie

Le monde tel que nous le connaissions contient des richesses diverses pouvant suffire tout le monde quel que soit l’endroit où il évolue. Pour contrôler ces richesses, un processus de privatisation est mis sur place. Avec le néolibéralisme et l’ultralibéralisme de Friedman, l’Etat ne participe pas dans les rapports économiques. Il laisse libre cours aux initiatives privées ainsi qu’a la loi de l’offre et de la demande. Des multinationales sillonnent les territoires à la recherche de potentielles richesses. A leurs découvertes, ces entreprises privées secondées par des institutions financières puissantes investissent le système politico-juridique de l’endroit convoité en finançant des acteurs sensibles à leurs causes afin de faire main mise sur ces richesses. De ce fait, il causent des massacres, des guerres inter ethniques afin de diviser les possédants des terres contenant les richesses, les déplacer et les exploiter. C’est la réalité propre de la majorité des pays africains post 1960 qui connaissent jusqu’à nos jours, des longévités au pouvoir.

Ces mêmes entreprises établissent une bourgeoisie locale afin de continuer le contrôle des richesses tout en laissant des miettes aux classes moyennes pour ensuite les utiliser comme digue pouvant contenir les mouvements revendicatives de masses exploitées et opprimés. Les forces répressives comme l’armée et la police protègent l’ordre établi pour le bénéfice des élites mondiales : des familles se succédant de générations en générations pour le contrôle de l’eau, de la nourriture, du transport, de la communication, du pétrole qui est un produit transversal etc.

D’ailleurs, ces mêmes multinationales agissant à travers les Etats puissants contrôlent l’émission de la monnaie afin de garder l’équilibre entre la dépréciation et la rareté. Leur monnaie est aussi dominante dans les rapports économiques internationaux. En dépit du fait de l’OMC(l’Organisation Mondiale du Commerce) prévoit des mécanismes de contrôle, leur puissance financière obscurcit l’action de l’Organisation dans une perspective de partage et d’égalité dans les rapports économiques qui est le vœu de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948. Comme le dit le diction : Qui finance commande. Celles-ci investissent également le champ politico juridique pour donner la légalité à leurs actions.

La Politique

Après la découverte et l’inventaire des richesses, il faut savoir qui seront les bénéficiaires. C’est là que la politique intervient. La politique c’est le mode d’organisation d’une cité, d’un Etat. C’est à dire, comment décider quel régime politique qui doit être mis en place pour le partage des richesses. Devrait-il être autoritaire, démocratique ou fichiste etc. ? Quelle tendance que le gouvernement en place tend à suivre ? Sera-t-il de gauche ou de droite. La tendance vers la gauche c’est l’intérêt de la majorité sur l’intérêt personnel, celle de droite c’est la conservation de l’ordre établi, l’individualité sur la majorité. Toutefois, il y a d’autres ramifications comme le centre et l’extrême. Dans ce qui à trait avec l’Ordre politique mondial, c’est la conservation de l’Ordre économique mondial. Les Etats puissants créent les Organisations qui, à leur tour, créent le cadre juridique à appliquer internationalement tout en influençant sur la législation nationale. On n’est pas sans savoir que les Traités et Conventions jouissent de la supra légalité et même de la supra constitutionalité ( ce qui fait débat).

L’Ordre mondial politique agit à travers les élections, puisque selon eux, les Droits Civils et politiques seulement comptent; l’alternance politique est de mise. C’est le renouvellement politique des acteurs et l’appui de ceux qui veulent agir dans leurs intérêts au détriment de la majorité. Ce qui est prouvé d’une part, les votes en Organisation Internationale pour appliquer une mesure pour un pays de la région ou du monde en général. Quand il s’agit de paix, c’est la paix occidentale. Cette paix se trouve dans la conservation du système établi pour les intérêts d’une minorité et la non-participation directe de la majorité. D’où la Démocratie Représentative. Tout est exercé pour le maintien de l’ordre. Les Missions diplomatiques s’œuvrent dans la protection des acteurs sortant des joutes électorales, illégitimes ou illégales. Ils ne reconnaitront pas d’autre tendance qui consiste à aller vers le peuple avant l’international. L’exemple le plus probant c’est le Venezuela actuel sous la présidence de Nicolas Maduro. Le pétrole étant nationalisé, les multinationales absentes, la Communauté Internationale ne le reconnaît pas alors que le président Trump ne jouit pas de la légitimité populaire(Les USA étant leader de l’Ordre Mondial).

Pour l’Occident, la politique internationale doit tourner autour de leurs intérêts, sinon aucune reconnaissance internationale possible. C’est la Démocratie à l’Occidentale. Pour entrer dans cette dynamique de la Démocratie, il faut une formation idéologique adéquate, une éducation dit-on. Il faut une identité. C’est le troisième pilier à travers lequel l’Ordre mondial contrôle l’évolution du monde.

Culturel

La culture est l’identité d’un peuple. C’est à travers celle-ci qu’elle affirme sa différence. Le peuple conscient de sa culture connait son histoire et lutte pour conserver son originalité dans la tolérance des autres. L’Occident dit-on a les meilleures universités, les meilleurs centres de recherches, et les financements adéquats. Ils vont partout. Des profondeurs de mers à la galaxie. Leurs recherches sont tellement poussées qu’ils affirment que, si quelqu’un veut vraiment atteindre le Savoir, il n’a qu’à se fier à leurs données. L’Histoire à travers les yeux de l’Occident ! Ils ont leur propre système d’éducation, de croyance qu’ils imposent à travers la Colonisation.

Tout ce qui se tient en face ce système est qualifié de barbare, de païen. La chrétienté est la religion dominante qui a le destin de conduire les âmes au paradis même s’ils le font par le génocide des indiens d’Amérique. Actuellement, le monde arabe se radicalise et se réveille .L’Occident réagit par des incursions armées sur leur territoire au nom de la lutte contre le terrorisme. Des hommes, femmes et enfants sont pilonnés. Les africains subissent le racisme partout où ils passent, les descendants des premières nations américaines sont parqués dans des réserves. L’Occident avec son système d’application se tient en face de tout ce qui affirme leur originalité.

Tout cela ne peut être réalisé sans technologie. L’industrie de l’armement est de plus en plus florissante. Des arbalètes aux bommes nucléaires passant aux armes climatiques, la Civilisation dominante actuelle opère en toute tranquillité. D’ailleurs rien de ses réalisations et élargissements au niveau mondial ne se ferait sans les armes.

Quelle est la place d’Haïti dans ce système économie monde ?

De 1492 jusqu’à nos jours, Haïti a connu beaucoup de changements dans le système économie monde. Tout d’abord avec l’esclavage et le système de plantation qui faisait la richesse de la métropole française au XVIIème siècle. Après avoir donné un coup fatal à l’esclavagisme européen, le pays a sombré dans une spirale de dette qui a handicapé son économie tout au long du XIXème siècle. Il a aussi connu un dualisme culturel, et une lutte permanente contre le vaudou. La religion de la majorité. A partir de 1870, l’ingérence diplomatique s’établissait pour de bon afin de protéger les intérêts de la bourgeoisie locale ainsi que l’économie internationale de l’époque.

Le pays a connu des périodes de diplomaties canonnière et l’Occupation Américaine. Tout cela dans une perspective de domination et d’exclusion. A partir de 1934, il s’est établi un clientélisme politique pro occidentale qui gardait intacte le système de l’exclusion aux dépens de la majorité en dépit des mouvements populaires de 1946 et de 1986. Avec le programme d’ajustement structurel, le néolibéralisme prit racine en Haïti.Tout était drainé vers l’étranger, même les cerveaux avec la migration de masses. Les richesses sont détenues par les étrangers et des haïtiens foncièrement puissants qui utilisent une pseudo classe moyenne pour endiguer le mouvement et le dévier. Avec un système éducatif formant les haïtiens pour l’étranger, l’exclusion continue toujours de battre son plein.

Le peuple qui n’a pas été décolonisé subit une crise identitaire et se recherche dans ce que ceci est étranger tout en reniant ses racines. Le président haïtien ne se sent pas reconnu comme tel sans la bénédiction de Washington. A partir de 6 et 7 juillet 2018, c’est le ras le bol. Le peuple qui ne se reconnait pas dans son élite culturellement occidentalisée apprend et affirme son droit dans les rues. Tous les secteurs s’engagent. Mêmes les gardiens et bénéficiaires du système accusent le système. Un système ayant une base dans les institutions idéologiques qui s’applique au niveau des institutions de l’Etat dans l’avantage Communauté Internationale qui appuie un chef d’Etat illégitime. Mais, la lutte ne doit pas se concentrer sur le chef d’Etat, parce que le système de l’exclusion peut changer de gardien comme à l’accoutumé. Après son départ éventuel, La Famille, L’Eglise, l’Ecole étant qu’institutions doivent être reformées dans une perspective inclusive. Ce ne sera pas trop rêver si on commence à penser à une décolonisation mentale.

Richcarde Célestin

Like Balistrad on Facebook

À propos Richecarde Celestin

Je suis Celestin Richecarde, né à Port-au-Prince. Je suis juriste, étudiant en histoire et en journalisme à Maurice Communication.
x

Check Also

Les deux visages de la migration de masse

L’homme aspire à différentes choses dans son existence; à différents besoins: le besoin de se reproduire, ...