Accueil / Article / À la une dans Balistrad / « Leve sou mwen », formule miracle

« Leve sou mwen », formule miracle

Temps de lecture : 4 minutes

Tel le fouet qui claque et résonne sur le dos d’un âne pour ranimer ce dernier d’une quelconque léthargie physique , ainsi cette formule a claqué à mes tympans pour me ranimer d’une léthargie psychologique en cette matinée que je qualifierais de merveilleuse après avoir entendu, bien sûr, ce « leve sou mwen » prononcé par un microphone savamment installé sur le toit d’une petite voiture de Marketing garée à un carrefour à l’entrée de la ville du Cap-Haïtien . Cette position est stratégique parce qu’elle cible des proies ignorantes dans l’unique but de leur faire la peau ou plutôt pour leur faire la bourse.

Oh! Miracle, voilà une potion ayant des propriétés « magiques » telles qu’elle confère à celui qui en prend des aptitudes sexuelles hors normes! Ainsi, la partenaire sexuelle, fatiguée ou satisfaite de la performance sexuelle prolongée, va crier tout simplement : « leve sou mwen ». C’est ce que la voix nasillarde sortant du microphone a assuré en tout cas. J’en ai ri et j’en ris encore. Après tout, il s’en trouvera bien un faiblard sexuel pour s’approcher discrètement de la bagnole et réclamer silencieusement voire même dans un souffle une dizaine de ces potions miracles qu’il essaiera le soir même avec sa compagne, n’est-ce pas? Ces choses-là ne se clament pas sur les toits! Cela étant dit; motus et bouche cousue.

En vérité, on ne saurait faire mieux en matière de marketing dans un monde ou plus particulièrement dans un pays où manquer d’endurance sexuelle constitue une honte pour le mâle qui ne se considérera plus comme tel s’il venait à faillir à cette mission oh! combien « divine »! qui est de satisfaire la femelle conquise. À ce propos, Carlos Casagemas, l’ami du célèbre peintre Picasso , ne s’est-il pas suicidé parce qu’il avait été rejeté par Germaine à cause, entre autres, de son impuissance sexuelle? C’est à croire que, comme disait l’autre, l’homme réfléchit à l’aide de deux cerveaux en conflit parfois. Celui du haut embrassant les plus hautes aspirations humaines contre celui du bas nageant dans la boue des plus bas instincts humains.

Mais, je m’égare, là n’est pas le problème qui me préoccupe en cette matinée. La problématique vient du fait que des hommes voire même des femmes profitent des faiblesses humaines pour écouler des stocks de produits banals auxquels ils prêtent des propriétés hors normes comme par exemple ce «  leve sou mwen » qui n’est autre que du sildanefil plus connu sous le nom de viagra dont l’usage abusif peut être la source d’une vraie impuissance sexuelle . Sur ce dernier point, silence total des colporteurs.

Cette histoire de colporteurs de médicaments (parfois expirés) déambulant dans le vingt et unième siècle haïtien me propulse ni plus ni moins vers le moyen-âge français ou encore vers le lointain Far West américain où c’était ce qui se faisait de mieux à savoir exploiter l’ignorance des gens pour leur refiler des produits de pacotilles. À cette période de l’histoire mondiale , on a même eu la surprise de constater que même les gens les plus hauts placés à savoir les rois et les reines faisaient usage de ces potions à la noix! Mais on peut peut-être le leur pardonner. Ces époques de l’histoire de l’humanité n’étaient pas connues comme les plus « éclairées »qui soient. Si le problème n’est pas tout à fait le même, il n’en demeure pas moins que de nos jours le marché des médicaments est régi et régulé par les instances pharmacologiques reconnues mondialement par les communautés scientifiques, plus particulièrement médicales . Cependant il semblerait que notre pays continue sa lente marche à contre-courant de l’évolution.

Quoiqu’il en soit, pour l’interne à l’Hôpital universitaire Justinien que je suis qui allait devoir passer une journée fatigante à l’enceinte dudit Hôpital, ces trois mots « leve sou mwen » aussi barbarbes pouvaient-ils être venaient de sauver ma journée. Pour plus d’un, il s’agit vraiment d’une formule miracle…

Kerlinz Morantus

Like Balistrad on Facebook

À propos Kerlintz Morantus

Étant agé de 24 ans, j'ai à mon actif un parcours qui s'adapte parfaitement au jeune haïtien que je suis! Ayant fait mes études secondaires à Saint-Louis de Gonzague puis poursuivant mes études professionnelles à l'Université Notre Dame d'Haïti, j'ai développé un certain amour pour l'écriture, amour me venant certainement du fait de mes nombreuses lectures et des rencontres faites avec les grands auteurs de ce siècle et ceux des siècles derniers! Pourtant, je poursuis aussi l'amour que j'ai pour le dessin! En effet, je fais de la bande dessinée, ce qui est pour moi une sorte d'échappatoire qui me permet d'écrire encore et toujours.
x

Check Also

L’obscurité en Haïti et ses frayeurs

L’alarme de mon téléphone resonna. Je sursautai étant arraché d’un doux sommeil et jeté dans la ...