Accueil / Article / À la une dans Balistrad / L’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs

L’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs

Temps de lecture : 3 minutes

Le retour de Neymar en Espagne, c’est le retour de l’enfant turbulent chez ses parents. On ne parlera jamais assez de la nécessité de prendre du recul dans la vie, afin de pouvoir mieux analyser ce qui se passe et prendre des décisions. Le recul s’appuie sur l’expérience, que tout le monde n’a pas encore malheureusement. L’expérience ne s’invente pas. Parfois, on peut simplement changer de perspective, comme changer de club, pour recevoir un salaire colossal.

D’autres fois, il suffit de faire profil bas et d’attendre son tour même si celui qui te fait de l’ombre s’appelle Lionel Messi.

La vie à Paris n’est pas aussi rose qu’Edith Piaf le disait dans ses chansons. La Ligue 1 n’est pas habituée à voir de telles personnalités évoluer chaque week-end. Au cours de sa première saison chez les parisiens, en 20 matchs de championnats français, il planta 19 buts et délivra 13 passes décisives. Des stats relatives vu le niveau de la ligue et des blessures à répétitions. Les blessures, ça, il en a connu depuis son arrivée. L’ancien de Santos n’a jamais joué vingt matchs, alors qu’au Barca, il atteignait toujours la barre des trente apparitions en Liga chaque saison. Une fois aux côtes, trois fois à la cuisse droite, quatre fois au pied droit, une fois à la cuisse gauche. Ces blessures lui ont fait rater 43 matchs. Lorsqu’on le compare aux deux ogres qu’il devait mettre au placard, à savoir Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, on remarque que l’Argentin a disputé 104 sur 119 matches possibles ; le Portugais a joué 87 sur 113 disponibles, et le Brésilien lui seulement 58 sur 112 soit 51,8%, ce qui le place loin derrière ses rivaux, respectivement 87,4% et 77%.

C’est avec peine qu’on assiste à la descente aux enfers de Neymar Junior. Cette saison, en 17 apparitions en Ligue 1, il a été décisif à 22 reprises (15 buts et 7 passes décisives) avec en moyenne 3,43 tirs/match et 2,68 passes clés par rencontre. Des chiffres impressionnants pour un joueur moyen mais qui traduit une baisse de niveau du prodige brésilien. Comme en témoignent les chiffres suivants : il tirait beaucoup plus (4,56 fois) et faisait beaucoup plus de passes importantes (3,51/match) la saison d’avant.

Bien qu’il soit l’un des plus talentueux joueurs au monde, Neymar n’est pas tout à fait à l’abri. Son passé de fêtard endurci comme Ronaldinho le rattrape souvent et continue de détruire sa carrière. Le #10 de la selecao est le genre de co-équipier qui part en boîte avec Rihanna alors que son équipe dispute un match de fin de saison. C’est à se demander où est l’esprit d’équipe chez lui ? Cela fait quinze ans que Messi et Cristiano se disputent les ballons d’or et à aucun moment on a vu un article qui faisait état d’une virée en boîte de ces derniers pourtant ils auraient pu, vu leurs statuts. Quand Mario Balotelli écrit « Why Always me ? » c’est certainement parce qu’il commet toujours des frasques qui suscitent l’acharnement des médias et détracteurs. Il n’y a jamais eu de fumée sans feu.

Il faut dire que la vie privée du carioca ne l’aide pas non plus. Enfant gâté par son père trop gourmand, il collectionne les conquêtes et certaines fois nécessite un juge pour mettre la situation au clair. Quelques jours avant la Copa America qui se déroule au Brésil, Neymar est accusé d’agression sexuelle mais lorsqu’on regarde la vidéo publiée par l’accusé, on remarque plutôt que c’est lui la victime. La jeune femme le frappe à plusieurs reprises et lui hurle dessus comme une adolescente.

Le monde du football est ainsi ! Si tu n’as pas une hygiène de vie irréprochable, tu plonges. Désormais, Neymar Junior est à la recherche d’une réanimation. Espérons que la MSN 2.0 y remédiera.

Rodney Zulmé

Like Balistrad on Facebook

À propos Rodney Zulmé

x

Check Also

Haïti au mondial U17 : La marche était trop haute

On a fait du chemin depuis Munich 1974 et Japon 2007. Malgré tout, il demeure des ...