Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Livres en folie, une vitrine pour la production littéraire haïtienne

Livres en folie, une vitrine pour la production littéraire haïtienne

Temps de lecture : 4 minutes

Cette année encore, les organisateurs de la plus grande manifestation littéraire du pays ont remporté le gros lot. Le parc Unibank à Tabarre a été le théâtre de ce rendez-vous annuel qui, ce 20 juin, a réuni plus d’un milliers de personnes, notamment des mordus de la littérature.

La 25ème édition de Livres en folie est, en dépit de la situation tumultueuse du pays surtout sur le plan politique, synonyme de réussite pour plus d’un. 177 auteurs, sans compter l’immortel académicien Dany Laferrière présent sous le chapeau d’invité d’honneur, en signature et 1821 titres à la disposition des participants.

De nouveaux auteurs en signature n’ont pas caché leur sentiment de satisfaction à leur première participation. Tel est le cas de Kevin Pierre qui se dit fier et plein d’enthousiasme d’être présent pour signer son premier recueil de poèmes à cette édition où son écrivain préféré, Dany Laferrière, est à l’honneur. Selon l’auteur de Mak Pye Solèy, Livres en folie au delà de ses 24 ans (1995-2019) est un patrimoine, de ce fait, il mérite d’être sauvegardé. « J’aimerais bien qu’un jour la foire se fasse dans une ville autre que Port-au-Prince ou qu’elle se fasse dans plusieurs villes à la fois », souhaite le jeune poète.

Parmi les lecteurs assidus, les toujours-présents des plus récentes éditions comme de simples acheteurs et férus du livre, Clauvell Junior Louis Jean s’est transformé en auteur. L’homme qui nous gratifie cette année de Mémoire d’un trépassé reproche les organisateurs d’avoir réduit en une seule journée l’ambiance qui, selon lui, a occasionné l’absence de beaucoup de gens qui pensaient que ce serait toujours sur deux jours. Le nombre d’écoliers participant à cette édition a été considérablement réduit, se plaint-il, tout en reconnaissant que la situation actuelle en serait la cause.

Par ailleurs, l’écrivain se dit satisfait du public qui a fait le déplacement malgré les vives tensions qui planent sur le pays et très content pour sa première participation qui est pour lui une réussite. Il en profite pour faire l’éloge de cette initiative qui dépasse une foire littéraire à son avis. « C’est une façon de démystifier la question de lire et surtout l’achat des œuvres littéraires qui serait assez souvent perçu comme l’affaire des gens dits aisés, affirme-t-il. C’est aussi un couloir où l’on trouve les livres à des prix qui sont plus ou moins dérisoires, poursuit-il. Livres en folie permet aux jeunes de rencontrer les écrivains, de leur parler, c’est un espace de retrouvailles », conclut le jeune professeur de lettres modernes.

Sous une tente soumise à la caprice de la chaleur se trouve André Fouad, un habitué de Livres en folie en tant qu’écrivain en signature. L’auteur de Pye poudre exprime avec beaucoup de joie sa fierté d’être encore présent à cette manifestation littéraire. « Livres en folie est un rendez-vous à ne pas rater » affirme le poète. « C’est une messe dominicale », selon lui. Malgré la conjoncture actuelle du pays, Fouad croit que les jeunes ont effectivement une motivation pour ce genre d’activité, s’ils sont venus si nombreux à cette énième édition. Cependant, il requiert quelques modifications dans la programmation. Le poète soutient qu’il devrait y avoir un espace réservé au chancelier, diseur et conteur. Ce qui apporterait beaucoup plus d’ambiance, pense l’auteur de Etensèl mo m yo.

« J’achète à prix dérisoire un bon nombre d’ouvrages que je cherchais vainement presque partout », lance Barbara Thalès. Cette jolie demoiselle au visage innocent, un sachet rempli de livres dans sa main droite, déambule sous le soleil qui ne prend pitié d’aucune personne sur le parc, félicite les organisateurs de Livres en folie qui lui permettent de rencontrer ses auteurs préférés dont elle se dit dans l’embarras du choix de relater tous les noms. Toutefois, elle avoue son mécontentement pour deux choses. « La première chose qui me dérange c’est que la foire n’aura pas duré deux jours et la deuxième, je ne trouve pas assez de livres traitant le thème de la spiritualité », se plaint la participante .

« 178 auteurs présentant de nouveaux ouvrages nous rendent heureux de cette augmentation d’œuvre littéraire », lance Frantz Duval. Selon le journaliste, l’augmentation de cette panoplie d’écrivains est l’un des facteurs de satisfaction des membres organisateurs de Livres en folie. « Malgré la précarité économique du pays et cette quinzaine de jours de revendications populaires, les auteurs signent beaucoup. C’est la preuve de notre réussite. On est très satisfaits de la réponse du public », affirme Frantz Duval. Par ailleurs, il affirme que le comité entend perfectionner beaucoup de choses surtout au niveau des mises en place pouvant améliorer la prochaine édition qui sera peut-être tenue une fois de plus au Parc Unibank.

« Une chose est sûre, la 26ème édition de Livres en folie est pour le jeudi 20 juin 2020, sauf en cas d’imprévus », annonce le rédacteur en chef du journal Le Nouvelliste.

Billy Doré
dorebilly100@gmail.com

Like Balistrad on Facebook

À propos Billy Doré

dorebilly100@gmail.com'
Je suis Billy Doré. Journaliste. Etudiant en Sciences Politiques à l'INAGHEI et en Sciences Juridiques à l'EDSEG de l'Université d'Etat d'Haïti.
x

Check Also

La CJH vole au secours des nouveaux bacheliers

Conscient de l’ensemble de problèmes auxquels font face les jeunes qui, après les examens de fin ...