Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Lynn Williams Rouzier : une danseuse dans l’âme, une femme d’action

Lynn Williams Rouzier : une danseuse dans l’âme, une femme d’action

Temps de lecture : 4 minutes

Si l’âge est une barrière pour certains, il constitue une opportunité pour d’autres. C’est le cas de Lynn Williams Rouzier.

Simplicité, amour des autres, générosité, estime de soi, voilà comment Lynn Williams Rouzier se décrit en quelques mots !
Elle est une personne complaisante et accueillante, le genre de personne avec qui on se sent facilement à l’aise. Il est alors difficile de ne pas apprécier, le temps d’une conversation, son esprit créatif, sa vision, sa volonté de travailler à l’épanouissement des danseurs qui l’entourent.

Comment a-t-elle commencé ? À l’âge de 8 ans, elle prenait des cours de danse avec Lavinia Williams. Elle n’avait que 14 ans quand sa passion et son désir de partager ce qu’elle a avec les autres ont pris le dessus. De maison en maison, elle allait et donnait des leçons de danse. Quelques années plus tard, dans sa vingtaine, son engagement, sa vision, son désir d’aller plus haut, plus loin ont fini par donner naissance à l’une des meilleures écoles de danse du pays, l’Institut de Danse Lynn Williams Rouzier en mai 1966.

Succès et exploits

Sous le leadership de Madame Rouzier, I’Institut a réalisé bon nombre de spectacles extraordinaires, costumes et chorégraphies: « J’ai réalisé tous les grands ballets en Haïti : « Giselle », « La Belle au bois dormant », « Le lac des cignes », « La Bayadère ». » Elle a également réalisé « Lynn dans le monde de la danse ». Tout récemment, la troupe de l’Institut a remporté la troisième place du concours Youth America Grand Prix. 3ème sur 126. Sous les nuances musicales de Dambala « 47 noirs au devant des blancs » a-t-elle renforcé ! Ce n’est pas une mince affaire ! Voilà Haïti, à travers l’Institut de danse LWR qui s’apprête à aller en finale en avril. Pour elle, en finale, ce n’est plus Lynn Williams Rouzier, ce n’est plus l’Institut de Danse, c’est Haïti. Rafler la 3ème place a été un sujet de fierté pour les danseurs. Une expérience extraordinaire qui fait paraître notre petit pays de manière positive sur la scène internationale, au milieu de tous nos problèmes.

Ce concours a renforcé sa conviction, son respect, sa discipline, son savoir vivre et sa fierté. Ces choses sont primordiales dans la vie, pense-t-elle : « On n’a pas à se sentir superieur ou inférieur, pas à se sentir complexé ! »

Cette grande dame adore travailler avec les gosses et n’entend pas arrêter ! En leur présence, tous les jours sont extraordinaires. Ils lui donnent un visage différent. Quand bien même sa maison a été detruite par des flammes dévastatrices lors des évenements des 6 et 7 juillet dernier. Quand bien même ses forces s’affaiblissent. Lynn Williams Rouzier est un symbole de ténacité. Quelques mois après le drame, l’école est encore debout et fonctionne ! Même les flammes n’ont pas pu l’arrêter. Lynn fonce vers le succès. Elle fonce vers l’excellence. Les danseurs et danseuses se retrouvent dans un environnement confortable, dans lequel ils peuvent exploiter leur plein potentiel dans le domaine et exprimer leur créativité.

Inquiétudes et motivations

Si l’incompréhension peut souvent nous pousser à nous mettre en valeur, dans notre société, en plus de l’incompréhension, la principale question demeure la représentation d’Haïti sans fonds ou si l’État haïtien décidera de supporter ses fils à l’étranger. Les succès de l’institut à l’étranger restent marqués par ces inquiétudes.

Néanmoins, madame Rouzier reste motivée par le désir d’aller plus haut, plus loin, le désir de tout donner, de voir Haïti dans toute sa splendeur. Et cela a toujours porté fruit !

Sa motivation tourne aussi autour des enfants et d’Haiti puisque les deux se trouvent mutuellement imbriqués. Les femmes sont, en ce sens, la clé si bien qu’elle a daigné leur laisser ce message: « N’oubliez jamais que vous avez un contrat. Il n’est signé avec personne mais nous avons le devoir de mener nos gosses à bon port! Les femmes doivent sauver Haïti ! ».

L’héritage

L’Institut compte aujourd’hui 53 ans d’aventures extraordinaires, de défi, de leadership, de joie mais aussi de pleurs. La route a été longue et continuera de l’être à travers l’héritage que Lynn Williams Rouzier laissera derrière elle. Un héritage de ténacité, de courage, de détermination et de dévouement. Aussi personne n’oubliera son œuvre marquée par la dévotion, le partage et l’amour. Lynn Williams Rouzier est une femme haïtienne qui inspire. Une femme qui aime les enfants d’Haïti et lutte pour qu’ils connaissent mieux ce qu’ils ont d’amour, de partage et de respect. Elle est la femme qui sait se relever pour surmonter les obstacles dans un environnement miné, rocailleux. C’est le modèle de femme à imiter.

Ramona Joëlle

À propos Ramona Joëlle Adrien

Je m'appelle Ramona Joëlle Adrien, je suis étudiante, finissante, en Ergothérapie à la Faculté des Sciences de Réhabilitation de Léogâne. Je suis une mordue des livres; passionnée des arts, de la musique et du volley-ball. Écrire est pour moi un moyen de m'echapper et m'isoler du monde ou de partager ce qui se passe au fond avec l'extérieur.
previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider
x

Check Also

La gangrène

Tout le monde sait qu’une plaie non traitée peut s’infecter à n’en ...