Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Marie Francia Sterlin, jeune chanteuse et compositrice à l’avenir prometteur

Marie Francia Sterlin, jeune chanteuse et compositrice à l’avenir prometteur

Temps de lecture : 3 minutes

La sphère musicale en Haïti affiche de plus en plus de nouvelles têtes. Des artistes qui rêvent tous d’apporter du plaisir aux mélomanes. Toutefois, plus d’un le sait, choisir la musique parmi tant d’autres métiers considérés comme prestigieux n’est pas toujours vu d’un bon oeil. Néanmoins, Marie Francia Sterlin n’a pas cédé aux pressions sociales. Élevée dans une famille immergée dans la musique, elle finira par en faire sa passion. La tendance majeure de la jeune artiste de 23 ans sera le jazz.

L’enfance de Marie Francia Sterlin rimait avec tendresse et musique. Sa mère et son père ont été tous deux directeurs de chorale, ce qui l’a poussée ,dès son plus jeune âge, à s’orienter davantage dans cette lignée. Elle chantait et dansait à la fois. Résidant à Delmas, ensuite à Tabarre, elle y a complété son parcours scolaire.

L’ancienne du Lycée Marie Jeanne affirme aimer Bélo et Emmeline Michel, Cia, Bruno Mars pour ne citer que ceux-là. C’est de leur musique qu’elle nourrit sa passion qui ,selon elle, est innée. Aidée dans sa démarche avec la collaboration de 3 de ses amis du collectif « Slamamuse », elle a ,après son bac en 2015, intégré L’ENARTS, plus precisément dans la danse. La danse ne semblait pas être l’outil de sa situation. Elle s’est alors tournée vers la musique. En peu de temps, elle se fera une solide place dans le milieu…

Plus tard, de concert avec une amie, elle a décidé de participer à la première édition du Concours de Chant Francophone organisé par l’Institut Français, un concours qui mettait en compétition des compositeurs. Cette occasion fut pour elle une belle expérience. Elle a été classée première pour son texte intitulé : « N’arrête pas d’aller plus haut » .

En 2017, L’ ENARTS ferme ses portes! Ne voulant pas rester oisive, elle a laissé le pays pour aller continuer ses études au conservatoire de la République Dominicaine. Au départ, ce fut pour elle un vrai casse-tête chinois d’étudier dans une langue étrangère. Ainsi, elle a mis un peu de temps à s’adapter. Elle gardait malgré tout les pieds sur terre, et n’a pas perdu de vue ses objectifs.

Elle choisira son nom de scène suite à une activité qu’on a organisé à son école. L’idée première c’était d’honorer les femmes noires et exposer leurs photos. On les surnommait « Choucoune ». Connaissant toute l’histoire qui traîne derrière ce prénom qui a inspiré l’inoubliable poème éponyme d’Oswald Durand, elle a trouvé bon de l’adopter.

Choucoune s’offre parfois en concert. Elle a sorti en janvier 2019 un cover:  » Say something ». La jeune artiste ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Son objectif à court et moyen terme est de réunir un groupe pour analyser certaines chansons haïtiennes et les mettre sur partition. Comme elle le dit: « Il s’agit de les mettre en partition et les rendre accessibles à tous. En particulier, celles qui ont marqué le temps. Il est toujours compliqué pour les étudiants haïtiens et dominicains en musique d’en trouver . » Elle cherche donc à immortaliser ces chansons à succès dans la savante langue musicale car ,selon elle, la musique est faite pour être partagée.

La jeune chanteuse ne cherche pas le succès facile, elle se donne à fond à la musique et prend toujours soin de sa voix. D’ailleurs, son simple credo est imprégné de ce courage propre aux femmes: « Tu veux faire quelque chose, fais-le. Il faut oser. » C’est pourquoi, Marie Francia Sterlin mise sur le jazz pour être non seulement connue et reconnue sur le plan international pour son art, mais aussi pour apporter une touche particulière à la musique et marquer son temps.

Choucoune n’a pas uniquement en tête de chanter mais de rendre accessible la culture musicale haïtienne à tous les peuples. D’autres artistes comme Welele nourrissent cette ambition. Il s’agit en vérité d’un travail ardu. Choucoune ne redoute pas les difficultés liées à son rêve. Au contraire, elles la motivent, comme en témoigne son crédo. Un tel talent et une telle détermination mériteraient le coup d’oeil. N’hésitez pas à vous offrir une de ses performances!

Du succès à Choucoune !

[balistrad_audio url= »http://www.balistrad.com/wp-content/uploads/2019/03/Say_Something_Cover-_A_Great_Big_World_ft_Christina_Aguilera.mp3″ loop= »yes »]

Jessica Nazaire 

Like Balistrad on Facebook

À propos Jessica Nazaire

Écrivain, poète. Jessica Lee Nazaire est née à Port-au-Prince (Haiti). Elle est journaliste et étudiante en sciences Juridiques à L'UEH.
previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider
x

Check Also

Ze fele de Jean Verdin Jeudi, une poésie de non fiction

[…] Mwen p ap di se pou ou larivyè met simbi deyò Lè l kreve bounda ...

Le célibat d’une femme, volonté d’être indépendante ou une peur de l’échec?

À l’heure actuelle, le statut de femme célibataire connaît une véritable ascension au sein de notre ...