Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Opération-Rupture: Précisions

Opération-Rupture: Précisions

Temps de lecture : 3 minutes

Charles Renaud entendit les jérémiades de sa fille sans sourciller. Il lui promit d’intervenir, ce qui soulagea Marla qui s’en alla le cœur léger. Charles prit son téléphone pour appeler Marvin non parce qu’il accordait une quelconque importance aux états d’âme de sa fille mais parce qu’il savait qu’il lui fallait retenir Marvin coûte que coûte puisqu’il savait que des concurrents seraient prêts à le courtiser. Il se fichait pas mal qu’il y ait une relation entre Marvin et son adjointe mais voulait avoir aussi un moyen de pression sur Marvin. Il se le devait et pour cela même s’il devait utiliser Marla.

Lorsque Marvin vit le nom de son patron affiché sur son écran, il jura entre ses dents mais répondit quand même.

-Marvin, comment ça va ? Cela fait un bail que tu ne donnes plus de nouvelles, dit Charles Renaud d’un ton enjoué.
-J’étais débordé, répondit Marvin d’un ton sec.
-Je comprends mais tu pourrais quand même passer prendre un café à la maison de temps en temps. Marla se plaint souvent de ton absence.
-Pardonnez-moi mais je ne vois pas en quoi cela devrait me toucher qu’elle veuille me voir.
-Euh et bien tu sais que Marla se soucie beaucoup de toi. D’ailleurs, tu sais qu’elle y est pour beaucoup dans le cheminement qu’a pris ta carrière.
-Et si on y allait franchement ? C’est grâce à elle que je suis là, n’est-ce pas ?
-Non Marvin, pas du tout mais elle y a contribué et…
-… oui à faire savoir à tout le monde que j’avais couché avec elle rien que pour le poste ? Que je n’y connais rien et que je suis là parce que je vais l’épouser. Elle n’a contribué qu’à détruire mon image il me semble, dit Marvin avec colère.
-Marvin, pas la peine de t’énerver. Je me fais juste du souci pour elle et pour toi.
-Tout ce dont vous avez à vous soucier c’est de mes performances dans votre entreprise et lorsqu’elles seront en baisse, j’attendrai votre lettre de révocation. Entre votre fille et moi, il n’y aura rien, j’espère que c’est clair pour elle autant que pour vous.
-C’est clair Marvin, dit Charles Renaud. Puis il raccrocha.

Nessie s’apprêtait à sortir de son bureau quand elle vit arriver Marla Renaud. Elle allait tourner les talons lorsque la voix impatiente de Marla lui cria presque de l’attendre. Elle voulait lui parler, lui dit-elle. Nessie la fit rentrer et lui dit avec froideur :
-De quoi voulez-vous me parler, mademoiselle Renaud ?
-Qu’avons-nous en commun, mademoiselle Beaubrun ?
-À vous de me le dire !
-Continuez de jouer à la sainte-nitouche. Je suis seulement venue vous prévenir qu’entre Marvin et moi c’est sérieux, c’est juste que par moment, il a besoin de s’évader et voir d’autres personnes mais il me revient toujours. Je ne lui tiens pas rigueur de ces écarts d’ailleurs mais je ne suis jamais trop loin m’assurant qu’il revienne dans le droit chemin.
– Et puis-je savoir en quoi ce petit discours me concerne ?
– Je veux juste vous éviter de souffrir et de trop vous attacher. Marvin sait pourquoi il est là et il est ambitieux. Il voulait arriver là où il est. Il ne laissera pas ses sentiments- si toutefois il y en aurait- détruire ce qu’il a déjà construit. Et mademoiselle, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour l’aider. Rappelez-vous que j’ai le pouvoir de détruire votre carrière.
-Vous avez certes du pouvoir mademoiselle mais seulement de me faire renvoyer de votre boîte et je pourrai rapidement rejoindre un concurrent. Vous ne pouvez pas me couper l’herbe sous les pieds car tout notre secteur reconnaît mes compétences et les concurrents se battraient pour les avoir. Alors, gardez votre Marvin et votre pouvoir bien au chaud puisque c’est tout ce que vous avez mais pas la peine d’essayer de me menacer. J’ai aussi le pouvoir de faire ce que je veux de ma vie parce que je peux réussir dans n’importe quel domaine.
-Que vous êtes vaniteuse ! J’aimerais bien vous renvoyer sur le champ et voir ce que vous alliez devenir. Je…
– Tu ne peux renvoyer personne Marla. Ici, ce n’est pas la maison de ta mère, l’interrompit Marvin. C’est une entreprise au sein de laquelle tu n’as aucun pouvoir. Arrête tes niaiseries et grandis un peu, s’il te plaît.

Stupéfaite, Marla eut des envies de meurtre mais prit plutôt un air de dédain et s’en alla se jurant que ces deux allaient entendre parler d’elle. De leur côté, Marvin et Nessie se dirent que leurs jours dans cette entreprise étaient donc comptés.

Like Balistrad on Facebook

À propos Vanessa Dalzon

Je suis Vanessa Dalzon, Rédactrice en chef à Balistrad, étudiante en Droit à l'Université Quisqueya. Passionnée de lecture, je trouve à travers l'écriture un moyen de partager ce que j'ai lu, vécu, entendu ou compris sur le monde et sur mon entourage.
x

Check Also

Opération-Rupture: le choix

Nessie se sentait prise au piège. De sa décision dépendait son avenir tant sur le plan ...