Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Pourquoi elle et pas moi?

Pourquoi elle et pas moi?

Temps de lecture : 6 minutes

C’est amusant de réaliser qu’il y a un an de cela je ne prêtais même pas attention à ton existence! Pourtant qu’aujourd’hui, je t’aime comme je n’ai jamais aimé personne. Tu m’as cependant quitté pour une autre, soi-disant qu’elle offre plus d’avantages que moi. Mon seul péché est de t’avoir voulu pour moi toute seule. Tu m’as condamnée sans aucune forme de procès parce que je ne voulais pas te partager. Amusant, non ? C’est tout toi, j’aurais dû m’en douter…

Très futé, tu as su trouver le moyen parfait pour m’approcher et capter mon attention. En effet la curiosité a toujours été mon péché mignon et tu en as profité pour te placer dans mon champ de vision. Ça a commencé par un commentaire banal qui aurait pu rester anodin si je n’étais pas moi et si… tu n’étais pas toi. Tu avais posté ma photo sur ton statut en disant simplement que ce sourire a ravi le cœur de quelqu’un. Mais tu savais que j’allais te répondre. Aller…ose dire que ce n’était pas le cas.

Effectivement, j’allais querir des informations auprès de toi à ce sujet. Tel le chat jouant avec la souris, tu m’as répondu vaguement mais suffisamment pour attiser ma curiosité. Et…justement quand j’allais t’oublier ainsi que ton foutu commentaire, tu as fait un autre post. Mais cette fois tu as été plus mystérieux en disant tout simplement « ce sourire… ». C’était assez pour susciter ma détermination à découvrir ce que tu cachais. Alors, je t’ai affronté. Je t’ai mis au pied du mur en inventant mille et une astuces pour que tu puisses ouvrir la boite de pandore. Tu as su me résister, alors je t’ai proposé de le découvrir mais avec ton aide. Evidemment tu as accepté. Tu étais maître du jeu.

On s’est alors mis à se rencontrer religieusement chaque après-midi pour parler et essayer de voir si j’avançais. Tu partageais avec moi des indices les unes plus confuses que les autres. Je m’étais écartée totalement du chemin. J’étais persuadée que le mec en question ne pouvait être toi, mais plutôt un ami qui s’était confié à toi. D’ailleurs, pour quelles autres raisons refuserais-tu me dire de qui il s’agissait ? Tu voulais être loyal, simple non? Je t’en ai fait part, tu as ri mais tu ne m’as pas contredit. Alors je m’étais accrochée à cette idée.

Nous avons passé près d’un mois à jouer aux devinettes, jusqu’à ce que tu aies compris que j’étais prête à rentrer dans ton jeu. Ce n’était qu’à ce moment-là que tu m’as avoué qu’il s’agissait de toi, oui que tu étais bel et bien le type en question alors que je venais de passer un mois à me torturer l’esprit pour savoir de qui il s’agissait, avec ton aide bien sûr. Je n’en revenais pas. Toi. Moi. Toi et moi. Même dans mes rêves les plus fous, je ne pourrais imaginer un tel scenario. Alors, j’ai pris la fuite. J’ai commencé à t’éviter parce que je ne savais pas quoi répondre. Pourtant, ça ne t’a pas ébranlé. Tu avais déjà semé la graine , tu n’attendais que la moisson.

Timidement je me suis rapprochée de toi. C’était la genèse de notre histoire. J’étais plus curieuse qu’amoureuse à ce moment. Cependant, je dois l’avouer : tu m’intriguais . Dieu combien j’aime les intrigues! Ton air mystérieux m’a tout simplement séduite. Ton objectif atteint, tu as décidé de mettre un terme à notre histoire pour une discussion banale afin de tester mon amour pour toi.
Après un mois, on a recommencé à se voir et notre histoire a continué son chemin jusqu’à ce qu’elle débarque…

Il faut le reconnaitre : tu n’es pas un connard ou du moins pas complètement. Tu as décidé de m’informer de sa venue. Tu as pris le soin de me faire comprendre qu’elle n’est pas n’importe qui, vous aviez eu une histoire d’amour dès l’enfance, une façon classique de me dire que notre histoire de neuf mois ne pourra pas rivaliser. J’ai préféré feinter l’incompréhension, m’aveuglant volontairement pour ne pas cerner où tu voulais en venir. Tu m’as laissé le choix entre te partager avec elle et de m’en aller, car tu m’as assuré que tu ne pouvais pas mettre un terme à votre histoire. Non, elle t’est trop précieuse! Tu as vécu des choses mille fois plus précieuses avec elle qu’avec moi. Bonus ! Tu as eu le culot d’ajouter qu’elle proposait une bien meilleure offre que moi puisqu’elle t’accordait la possibilité d’assouvir ailleurs les infirmes besoins qu’elle ne pourra pas combler alors que moi…

Je n’étais pas partie, je suis tout de même restée. Tant bien que mal j’ai essayé de préserver ma dignité en t’imposant quelques conditions. Comme dit le dicton « chassez le naturel, il revient au galop », ma vraie nature m’a rattrapée. Je ne suis pas du genre à partager mon mec. Oo non …ce n’est pas moi! J’avais accepté parce que j’avais peur de te perdre . Je savais très bien que tu n’allais pas la quitter pour moi. Alors, tu es parti encore une fois et… j’ai encore essayé de te retenir.

Tu m’as dit que tu accepterais à condition que notre prochaine histoire devienne effective après trois mois. Pour reprendre tes mots : « Pendant ces trois mois ,tu seras OFF pour moi » Cela sous-entendait que je n’avais pas le droit de t’approcher pendant la durée de cette période . Et toi, maître du jeu, tu étais sûr de ne pas m’approcher. À quoi bon d’ailleurs ? Elle était là et …fraiche à t’attendre.

La nuit porte vraiment conseil puisque le lendemain j’avais fini par comprendre que tout ce que tu voulais, c’était te débarrasser de moi. Alors, je t’ai envoyé un texto te disant que je m’apprêtais à m’en aller en espérant que je me trompais, que tu allais essayer de me retenir. Mais non, NON. Tu en as profité, au contraire, pour manifester ta joie d’être enfin débarrassé de moi en me disant « Tant mieux que tu aies enfin décidé de me rejoindre ! » J’avoue qu’il n’y avait pas de point d’exclamation mais c’est tout comme.

Eh oui..Tu m’as quitté, depuis longtemps d’ailleurs. Aujourd’hui, je fais partie de ta longue liste d’ex. Pourquoi ? Pour elle. Elle qui t’a laissé et a passé des années sans se demander ce que tu étais devenu. Tu sais pertinemment que je ne pourrais jamais t’abandonner moi! Elle qui ignore tout des sacrifices que j’ai dû faire pour sauvegarder notre relation! Elle qui ignore tout des promesses que tu m’as faites: m’emmener à la plage et m’y faire l’amour au coucher de soleil. Elle qui n’a rien à foutre des projets que j’avais pour toi et que même toi ignorais…

Sais-tu que mes amis n’arrivent pas à croire que je t’ai laissé autant me manipuler ? Quand ils me demandent ce qui s’est passé, je réponds que je suis tombée amoureuse avec les larmes aux yeux. C’est la seule explication logique que j’arrive à donner car moi normalement je fais partie de ces femmes qui ne se laissent pas marcher sur les pieds par les hommes. Pourquoi ? Pourquoi t’ai- je donné autant d’importance dans ma vie ? Pour que tu la choisisses elle, et pas moi ? Pour que tu me laisses seule avec mon envie de toi, le goût de tes lèvres sur les miennes ? Pour que je reste dans mon coin à pleurer tard le soir quand les autres se sont endormis? Il n’est pas question qu’ils me voient pleurer… Oo non!

Rien qu’à y penser, j’ai les larmes aux yeux. Tu sais, je t’ai tout donné. J’étais prête à te supporter quel qu’en soit le prix, tout ce que je voulais c’était faire partie de ton monde. Mais aujourd’hui, il est temps pour moi de me réveiller et d’affronter la vérité qui n’est autre que tu l’as préférée à moi. Il ne faut pas que je sois mauvaise perdante.
Il faut tout simplement que tu saches que je ne pourrais plus jamais aimer parce que mon cœur a explosé en mille morceaux le jour où tu l’as choisi elle et pas moi…

Schnaïdine NICOLAS

Like Balistrad on Facebook

À propos Schnaïdine Nicolas

Je suis Schnaïdine Nicolas, étudiante en sciences juridiques à l'université Quisqueya. L'écriture me permet de m'exprimer. Elle me donne le courage de dire tout haut ce que je n'ose dire tout bas.
x

Check Also

À ma future fille

Ma très chère fille, À l’époque où ma mère m’avait mise au monde, la société haïtienne ...