Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Quand nos célébrités oublient de se taire
Photo d'illustration

Quand nos célébrités oublient de se taire

Temps de lecture : 4 minutes

« Que celui qui connait un quelconque empêchement légal à cette union se prononce ou se taise à jamais. » Généralement, cette phrase est utilisée sur un ton impérieux, à la limite, agressif, de la part d’un homme en soutane. Dans d’autres circonstances, cette union est l’affaire d’un artiste et le succès. Si ce dernier veut atteindre un maximum de gens, son œuvre doit être accompagnée de publicités favorables à la propagation de l’oeuvre. Cependant, lorsqu’un aventurier ose émettre des doutes sur la qualité d’une vidéo ou le contenu d’une chanson, il mériterait d’être ignoré par le public. Mieux encore, lorsque les réponses ou commentaires d’une célébrité défient la chronique pour être tout simplement bas, quelle devrait être la bonne réaction ? Comme on dit chez nous : «  Evite miyò pase mande padon ! »

​ « Des goûts et des couleurs ne se discutent pas », on utilise souvent cette maxime lorsqu’on veut éviter le point du non-retour. Ces derniers jours, le monde virtuel est animé par divers conflits sur le talent ou la politique. Il est de plus en plus courant de voir des internautes critiquer un artiste virulemment et qu’en retour les proches de celui-ci ou l’artiste lui-même contre-attaque. En moins d’un mois, il y a eu l’affaire Paska (qui apparemment ne sait pas chanter selon certains) ensuite l’affrontement entre Carel Pedre et Wendyyy, d’un fan de Wendyyy (encore lui) versus ses détracteurs joints par ceux qui n’aiment pas sa dernière vidéo « Sponsor » et , enfin, le clash Dimitri Vorbe et Gessica Généus

Certaines fois, les critiques sont fondées comme lorsqu’elles portent sur le caractère misogyne des vidéos, l’apologie de la violence ou encore de la prostitution ou tout simplement pour des points de vue politique. D’autres fois, celui qui critique cherche juste une attention car un seul hashtag avec le nom de l’artiste et le moteur de recherche nous dirige vers cette critique, quelques views et des likes et ce dernier s’autoproclame « influenceur » . Du grand n’importe quoi!

Une personnalité publique locale s’interrogeait sur la véritable nécessité d’une personne de se prononcer sur quelque chose ou quelqu’un qu’il n’aime pas, qu’elle n’avait qu’à se taire. Autoritaire hein n’est-ce pas ? On est loin des régimes totalitaires des Duvalier mais nos tares tardent à partir. Depuis quand la liberté d’expression se résumait qu’aux commentaires favorables? Cette remarque a été soutenue par beaucoup, pourtant ce sont ces mêmes supporteurs-là qui quelques années plus tôt avaient pris la défense de Liliane Pierre-Paul au moment de la sortie de la meringue «Bal banann lan ». Devait-elle se taire alors qu’elle avait un avis divergent vis-à-vis du régime?

Qu’en est-il de l’artiste ? Est-il (ou elle) obligé (e) de contre-attaquer alors qu’il vient de porter cinq sneakers dans une seule et même vidéo et que la somme cumulée s’estime à $5000 US (TCA inclus) ou qu’elle vient de signer un accord à six chiffres et que sa tournée est une franche réussite? Haïti a près d’onze millions d’habitants, Cristiano Ronaldo à lui seul a près de quatre fois plus d’abonnés sur les réseaux sociaux. Imaginez s’il devait répondre à chaque fois aux commentaires négatifs ? Il n’aurait même pas eu le temps de faire ses abdos habituels et garder sa forme physique irréprochable depuis 15 ans. Naturellement, entre célébrités, la donne changera. Elles s’attaquent mutuellement et déferlent la chronique. En tout cas, les célébrités ne seront jamais à l’abri des reproches pour la simple et bonne raison qu’elles sont des personnalités.

Certainement, l’ego de l’artiste ne le dissuadera pas toujours de répondre mais dans l’ensemble, l’ego reste négatif : C’est le «je » conditionné par nos croyances erronées, la partie sombre qui sait (ou plutôt qui croit savoir)… C’est lui qui critique, juge, jusqu’à généraliser. Il sera constamment là et c’est normal mais il devient beaucoup plus gênant lorsqu’il prend le contrôle jusqu’à ce que la carrière de l’artiste en question se résume à plus de posts que d’œuvres de qualité, il y a vraiment de quoi se questionner.

De toute façon, « evite miyò pase mande padon » et ce ne sont pas les réseaux sociaux qui en changeront quelque chose.

Like Balistrad on Facebook

À propos Rodney Zulmé

x

Check Also

Haïti au mondial U17 : La marche était trop haute

On a fait du chemin depuis Munich 1974 et Japon 2007. Malgré tout, il demeure des ...