Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Quand un sénateur doit quitter son pays pour aller se faire soigner en terre étrangère
Actualités
Crédit photo : Stanley Lucas

Quand un sénateur doit quitter son pays pour aller se faire soigner en terre étrangère

Temps de lecture : 2 minutes

À un moment où la formation du personnel soignant haïtien est remise en question et bon nombre d’hôpitaux publics en quasi – dysfonctionnement , la maladie, elle, ne chôme pas même pour les grands commis de l’État. Citons le cas récent du Sénateur de la République, l’Honorable Nawoon Marcellus qui a été victime d’un AVC lors d’une séance plénière tenue au Parlement haïtien le mardi 20 mars 2018. Les médecins de l’Hôpital de Bernard Mevz ont dû donner leur feu vert pour le transporter en toute urgence à l’étranger pour de meilleurs soins de santé. Actuellement, il reçoit des soins intensifs à « Jackson Hospital » dans l’État de Floride.

Actualités

Crédit photo : Stanley Lucas

Selon le Président du Sénat, M. Joseph Lambert, le sénateur Nawoon Marcellus se trouvait dans un état très critique depuis mardi soir et était pratiquement dans le coma. Pour cela, il était donc nécessaire qu’il ait l’encadrement de grands spécialistes et d’un centre hospitalier afin d’éviter le pire.

Il semble, en effet, que ce ne soit pas la première mésaventure du Parlementaire. Selon des informations de bonnes sources, il a eu ce même accident lors d’une visite en République de Chine (Taïwan) alors qu’il était  accompagné du sénateur Youri Latortue.

« Nawoon Marcelus serait hors de danger de mort mais risquerait une paralysie. Il pourrait ne pas pouvoir parler correctement et utiliser son bras droit », ont affirmé les médecins de l’Hôpital Bernard Mevz où il a été d’abord hospitalisé.

L’un de ses collègues, le sénateur Dieupie Chérubin, ne voulant pas rester indifférent face à une situation aussi délicate, est allé le rejoindre hier soir au bord d’un autre vol.

Si un élu du peuple doit quitter le pays pour aller se faire soigner en terre étrangère de peur de se retrouver six pieds sous terre, alors quel sera le sort des petites gens vivant dans la misère la plus abjecte?  N’ont-ils pas, elles aussi, besoin de l’encadrement de grands spécialistes et d’un centre hospitalier capables de prévenir contre un malheur irrémédiable ? À quand un vrai centre hospitalier pouvant répondre aux besoins sanitaires de la population haïtienne ?

© Dierf Dumène

dierfdumene@gmail.com

Donner un like à notre page facebook

À propos Dierf Dumene

DIERF DUMÈNE est né à l'Arcahaie le 2 décembre 1995, ville ayant une grande portée historique pour avoir organisé le congrès de 1803 qui allait donner naissance à la création du bicolore haïtien. Poète, écrivain, nouvelliste, il est aussi secrétaire général d'une association ayant pour but d'accompagner les enfants démunis d'Haïti. Auteur de plusieurs recueils de nouvelles inédits et d'un recueil de poésie, en voie de publication. Il a créé depuis quelques mois un blog-revue, Magie Poétique, qui accueille des poèmes, souvent inédits, de nombreux poètes francophones disparus ou bien vivants.
x

Check Also

Retrouvons notre humanité

Vous avez sans doute vu cette vidéo devenue virale sur les réseaux ...

Pays lock, un nouveau mot dans le lexique haïtien

Pays lock, l’expression existe à peine dans le lexique socio politique et militantiste ...