Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Rapport Petrocaribe, à quoi s’attendre ?

Rapport Petrocaribe, à quoi s’attendre ?

Temps de lecture : 5 minutes

Tous les Haïtiens attendent la véritable suite du rapport Petrocaribe ! Certains pensent qu’il sera tout simplement enterré. D’autres, par contre, spéculent sur un possible aboutissement dudit rapport en raison son transfert à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA).

Avant de poursuivre, récapitulons brièvement ! En 2016, le président de la Commission Éthique et Anticorruption du Sénat de la république, l’Honorable Youri Latortue, allié de Tèt Kale, initie une enquête relative aux dépenses des fonds Petrocaribe qui, malheureusement, n’engagera pas de grands débats au Sénat. Peut-être en raison du manque de sérieux qu’il semblait revêtir…peut-être ! Tout le monde se doutait que rien de concret ne pouvait vraiment sortir d’une Commission ayant à sa tête un allié du parti politique majoritaire mis en cause en raison du fait que ce dernier aurait des prétentions à la Magistrature Suprême… [Je dis cela…je ne dis rien !]

Mais, en 2017, le sénateur Evalière Beauplan, élu sous la bannière de la plateforme politique dénommée PONT et de tendance lavalasienne, prend la tête de la Commission avec pour mission d’approfondir le rapport de Youri Latortue et ayant pour membres les Honorables :Nènel Cassy, Antonio Cheramy, Onondieu Louis et Richard Lénine Hervé Fourcand. Un équilibre mitigé dira-t-on ! Pour la peine, après plusieurs mois de travail, la Commission aboutira à un rapport épinglant plus d’une quinzaine de personnalités – dont deux anciens Premiers ministres : Jean Max Bellerive (novembre 2009 – mai 2011) et Laurent Salvador Lamothe (mai 2012 – décembre 2014) – ainsi que des anciens ministres, des anciens directeurs généraux et des responsables de firmes de construction impliqués dans des appels d’offres suspects.

Ah…papa la bombe étant lancée…bonjour la tergiversation ! La séance organisée le 14 novembre 2017 au Sénat de la République se voit discontinuée alors que celle du 30 novembre 2017 est avortée. Il a fallu attendre la nuit du 31 janvier au 1er février 2018 pour une séance soldée par aucun vote. Le rapport devenant trop bouillant, toujours le premier février, mais cette fois dans l’après-midi, une autre séance a eu lieu. Le Sénat prit alors la résolution de transférer le rapport à la CSC/CA. Une résolution qui ne fera pas, bien évidemment, l’unanimité au Sénat puisque les deux sénateurs commissaires la qualifieront d’hors-la-loi. Néanmoins, leur point de droit n’empêchera pas le transfert à la CSC/CA afin que cette dernière effectue une vérification et un examen approfondis de la gestion des fonds PetroCaribe de la période allant de septembre 2008 à septembre 2016, conformément à l’article 200 de la Constitution et au décret de novembre 2005 modifiant celui de novembre 1983 ».

Le rapport transmis, le Président de la République, SEM Jovenel Moise le publie dans le journal Le Moniteur le vendredi 16 février 2018. Entre temps, des juges d’instructions sont nommés sur le dossier. Nomination saluée par la cheffe de la Mission des Nations-Unies pour l’Appui à la Justice en Haïti (MINUJUSH), l’Américaine Susan D. Page. Le ton monte ! Dans une note de presse datée du lundi 26 février 2018, le Ministère des Affaires Etrangères (MAE) rappelle en consultation son ambassadeur auprès de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), Denis Régis.

Cela m’empêchera pas au peuple d’entrer dans la ronde et de prendre aussi part à la danse. En effet, depuis le lundi 29 janvier 2018, des plaintes se sont déposées en série contre ceux et celles qui auraient gaspillé les fonds de petrocaribe. Il convient de citer le cas de Johnson Colin déposant le lundi 29 janvier 2018, une plainte au Greffe du Tribunal Civil de Port-au-Prince et celui du représentant du Collectif des citoyens de Cité Soleil, Maurice Noël, déposant lui  une plainte au Cabinet d’instruction le mardi 20 février 2018.

Et bien sûr, c’est la guerre des propositions ! Cette fois, c’est au tour de l’ancien Ministre de l’Économie, actuel chef cabinet du Président de la République et l’une des personnalités épinglées par le rapport, Wilson Laleau, de proposer une Commission de Vérité composée de spécialistes internationalement reconnus. Comme quoi les spécialistes nationaux ne seraient pas à la hauteur… [Enfin, Je dis cela…je ne dis toujours rien !]

En passant, le Sénat a du mal à fonctionner. Depuis la séance du 1er février 2018, aucune séance plénière n’a eu lieu. Entre temps, la danse continue ! Les accusateurs veulent d’un feu de bois et les épinglés, eux, militent pour un feu de paille question d’enterrer l’affaire. Le peuple finit par s’inviter en rétorquant : « Vous voulez de la paille ? Aucun problème mais ce sera au moins pour quatre milliards de dollars ! Alors dansez pour notre argent ! » Alors messieurs, la valse risque d’être longue… Enfin, vous comprenez … [je dis cela…je ne dis rien !]

©Lony ALEXIS
alexislony91@yahoo.fr
38099166

Like Balistrad on Facebook

À propos Lony Alexis

Je suis Lony ALEXIS. Étudiant finissant en communication sociale à la Faculté des Sciences Humaines de l'UEH. Professeur de journaliste et d'animation et présentation radio télé. Email:alexislony91@yahoo.fr. Tel: 3809-9166