Accueil / Blog / À la une dans Balistrad / Rutshelle gagne à la fin

Rutshelle gagne à la fin

Temps de lecture : 2 minutes

On pourrait comparer la vie d’un artiste à une course de 100m haie. Courir ne suffit pas. Il faut sauter sans cesse. Ceux qui n’ont plus la force d’avancer sont disqualifiés. Certains partent avec un avantage, d’autres trainent des boulets au pied. Des boulets qui certaines fois ont été mis par des proches. Rutshelle Guillaume fait partie de cette catégorie.

Le troisième album de Rutshelle Guillaume n’a pas encore envahi le marché physique qu’il fait sensation sur le marché virtuel. Sur ce dernier album, on retrouvera comme producteurs : Mikaben, T-Harold, T-Klod, Peete Marv, Jordany et Poppy. Les titres « Ou se melodi » disponible sur hyperurl et « Doudou an mwen » sont les premiers à tourner en boucle sur les stations de radio. Une voix pleine de charme associée à des notes précises, le tout emballé dans un physique d’enfer. Une authenticité made in Haïti.

Cette authenticité lui permet de trouver les clés qui ouvrent toutes les portes y compris celle du cinéma. Ce qui lui vaut la suspicion des uns et la jalousie des autres. Les haineux essaient de lui mettre des bâtons dans les roues, puisque tout le monde veut se faire un nom . Il est commode de faire un tweet insultant avec le nom de l’artiste pour faire sensation.

Bien qu’elle trimbale une étiquette de femme facile, elle s’abstient de faire des répliques aux commentaires comme d’autres artistes. Comme Cristiano Ronaldo, son joueur favori, ‘’Rut’ fait taire ses détracteurs sur le terrain (les studios). L’interprète de « Kite’m kriye » sait pertinemment qu’elle vient d’un pays où les choses sont différentes et difficiles .

Son histoire a commencé pour certains le jour de son passage à tabac et le tôlé médiatique qui s’en est suivi. Ce parcours lui a permis malgré tout d’arriver au sommet comme indique l’un de ses titres. Tout cela fait penser à une artiste soul américaine qui a eu la vie compliquée, elle aussi à cause d’un fait conjugal. Etta James a toujours été mise dans l’ombre d’Aretha Franklin pour avoir été la maitresse de son producteur juif qui, à cette époque, était marié, comme si les moqueries racistes provenant des blancs ne suffisaient pas. Si le titre de reine de la soul est attribué à Aretha et non à Etta, c’est pourtant « At last » qui a ouvert le bal d’investiture de Barack Obama en janvier 2009 interprété par Beyonce. Un rôle que la femme de Jay-Z a appris à endosser vu qu’elle incarne Etta James dans le dramatique Cadillac Records.

Le secret de Rutshelle pour avoir su nager face aux vagues d’insultes, c’est certainement le travail. Si au départ, elle se cantonnait à faire des concerts, des interviews à travers le pays. Désormais, elle fait des tournées à travers le monde. Il s’agit d’une leçon pour tous ceux qui passent leurs temps sur les réseaux sociaux à la recherche d’un buzz au lieu de développer leur capital humain et qui ne sont repartis qu’avec quelques dizaine de reposts alors que la star tourne à des dizaines de milliers de gourdes. Bien fait pour eux !

Dans le film « Green Book » oscarisé en février dernier, un des acteurs secondaires déclara : « Certaines fois être un génie, ne suffit pas, il faut du courage pour changer l’esprit des gens ». Elle n’a pas changé tous les esprits mais du courage, elle en a dans le coffre.

Rodney Zulmé

Like Balistrad on Facebook

À propos Rodney Zulmé

x

Check Also

Zinédine Zidane, tête dans l’eau

Aveuglés par les succès du passé, les entraîneurs oublient parfois que le football est plein de ...