T’oublier

Temps de lecture : 1 minute

Je t’aimais! Correction, je t’aime. Enfin, il y a une femme en moi qui refuse de comprendre qu’elle devrait cesser de t’aimer. J’avais tout essayé avec elle. Une partie de mon subconscient avait compris que de toi, il fallait se défaire alors que l’autre ne voulait rien entendre. J’avais beau lui présenter la liste de tes défauts, tenter de la convaincre que tu n’étais pas à la hauteur, elle s’obstinait à t’aimer encore et toujours.

Je me sentais en train de perdre la partie comme si les deux femmes en moi avaient trouvé un compromis, comme si elles s’étaient entendues pour te donner une chance encore une fois. Oui, une fois de plus, je voulais me faire croire que tu pouvais me surprendre et comprendre combien je t’aimais. Une fois encore, je me disais que le temps finirait par récompenser mon cœur si patient. J’étais prête à te donner un jour de plus, une semaine de plus, tous les « de plus » qu’il te faudrait pour que tu sautes enfin le pas.

Le temps, les actes, les mots, rien n’y fit. Autant pour toi que pour moi. Tu étais resté sur tes positions, qui pour moi restaient obscures. Seulement, tu ne savais pas que moi aussi, j’avais gardé les miennes. Tu auras beau ne pas vouloir de moi, je te laisserais la porte encore ouverte jusqu’à ce qu’un jour tu la franchisses.

D’autres ont bien essayé d’y entrer avec art et manière mais ils se sont heurtés à ce portail qui était uniquement à ta taille et que mon cœur refusait d’ajuster pour quelqu’un d’autre. À la douleur de t’oublier, je préfère encore celle de t’aimer.

VD

Like Balistrad on Facebook

À propos Vanessa Dalzon

Je suis Vanessa Dalzon, Rédactrice en chef à Balistrad, étudiante en Droit à l'Université Quisqueya. Passionnée de lecture, je trouve à travers l'écriture un moyen de partager ce que j'ai lu, vécu, entendu ou compris sur le monde et sur mon entourage.
x

Check Also

[ Haiti ] S’adapter pour survivre

Certaines choses ici ne nous étonnent plus. Les piles de détritus, les routes non entretenues, les ...