Accueil / Article / À la une dans Balistrad / « YES TO LOVE, no to hate », pour promouvoir la paix et le vivre ensemble

« YES TO LOVE, no to hate », pour promouvoir la paix et le vivre ensemble

Temps de lecture : 4 minutes

« YES TO LOVE, no to hate », de la traduction française « Oui pour l’amour, non pour la haine » est une marque de vêtements créée par Marc-Henry Jean, dont le lancement a eu lieu le 16 septembre 2018. Avec cette marque de vêtements, il veut changer la façon dont les gens s’habillent d’où son concept « Dress to express » (s’habiller pour s’exprimer).

Cette marque de vêtements comporte aujourd’hui 19 produits différents aux USA et environ 5 en Haïti. Parmi ces produits on peut citer des T-shirts pour hommes et femmes, des casquettes, etc. Mais l’équipe est en train de travailler afin d’ajouter 11 autres produits sur le marché. On aura sous peu des cahiers « YES TO LOVE, No to hate », sac à dos, pots de jus, des produits que les gens utilisent presque tous les jours.

A travers ce projet, l’initiateur veut faire la promotion d’un message de paix, d’amour, et de transformation. « Nous voulons, en tant que citoyens Haïtiens, contribuer à redorer l’image du pays et jusqu’à présent, nous avons reçu un soutien extraordinaire de tous ceux qui ont vu notre travail », lâche Marc-Henry Jean l’initiateur du mouvement.

Qui est Marc-Henry Jean?

Marc-Henry Jean a vu le jour aux Gonaïves en Novembre 1987. De 2004 à 2008, il a été à l’Institution Saint Louis de Gonzague de Port-au-Prince où il a terminé ses études classiques. Et par la suite, il s’est rendu en France pour étudier l’information et la communication à l’université Paris 8. Après Paris, il rejoint la mégapole américaine où il vit présentement avec sa femme à qui il est marié depuis avril 2013 et sa fille.

Son choix de devenir entrepreneur

Marc-Henry Jean a passé quelques années au quotidien Le Nouvelliste en tant que rédacteur. Mais quand il s’est rendu en France, il a vite compris qu’il n’avait pas vraiment une passion pour la communication. Une fois arrivé aux États-Unis, il a choisi d’autres filières.
« YES TO LOVE, no to hate », c’est le début d’une carrière annoncée pour le jeune Marc-Henry. Pour lui, quand on devient entrepreneur, on peut non seulement avoir une opportunité de s’enrichir de manière personnelle et aussi aider les autres.
« L’entrepreneuriat pour moi c’est la liberté, c’est ce dont nous avons besoin en Haïti aujourd’hui pour que nous soyons libérés de l’esprit, du coeur, de la tête… » , a laissé entendre l’entrepreneur d’un ton ferme et rassuré.

Marc-Henry Jean chérit le rêve que  » YES TO LOVE, no to hate » devienne aussi célèbre que les marques Adidas, Nike… et chaque personne qui utilise ses produits un ambassadeur. Ses objectifs sont simples: Eduquer les gens, encourager la culture entrepreneuriale et supporter les activités sociales qui contribueront à transformer notre société.

Qui supporte le projet?

« Yes to love » n’a qu’un seul employé, Marc-Henry Jean. 《 Pour le moment l’entreprise est sous ma responsabilité, je prends tout en charge… J’espère que d’autres personnes rejoindront l’organisation sous peu mais présentement je suis en train d’étudier des opportunités avec quelques personnes en Haiti et aux États-Unis pour voir ce que nous pouvons faire.》

Et comme on dit souvent que derrière tout grand homme se trouve une femme. C’est tout à fait le cas pour Marc-Henry Jean. Même quand sa femme ne fait pas partie de l’entreprise pour l’instant, elle le soutient en tout aussi bien que sa petite fille chérie que vous pouvez voir sur les réseaux accompagnée de ses parents.

D’autre part, ce projet ne serait rendu possible sans le support de Marc Alain Boucicault, Naed Jasmin Désiré et Maryam Haiti, une personne qui s’est donnée corps et âme pour que l’entreprise soit ce qu’elle est aujourd’hui, Elie Pierre de Tutti Printing entre autres qui continuent de contribuer de près ou de loin, selon les propos de Marc-Henry Jean.

A noter que le lancement officiel de ce mouvement a eu lieu en décembre dernier en Haïti. Pour la Saint-Valentin, l’équipe vous donne rendez-vous aux États-Unis plus précisément à « University South of Glorida Sarasota-Manatee », et le 8 mars ils seront au Canada pour le lancement du mouvement.

Like Balistrad on Facebook

À propos Banacheca PIERRE

Banacheca Pierre vit en Haïti. Elle maîtrise le Français, le Créole et l'Anglais. Mémorante en Sciences du language à la Faculté Faculté Linguistique Appliquée (FLA/ UEH) elle a aussi etudié le journalisme à l'Institut Francophone de Journalisme (IFJ). Banacheca a eu plusieurs expériences dans différentes institutions comme Ecole Notre Dame du Rosaire et l'Institution Educative Notre Dame en tant qu'enseignante. De 2015 à 2017, elle a occupé le poste coordonatrice générale de " Youth Ambassador Program", un programme de jeunes ambassadeurs financé par l'Ambassade Americaine.
x

Check Also

A Ganthier, source Zabeth, ce patrimoine historique fait peau neuve

Elle demeure jusqu’ici un site naturel et mystique méconnu. Située dans la localité de Bonnette dans ...